Vouiquipèdia:Lumiére dessus…

De Vouiquipèdia, l’enciclopèdia abada.


Presentacion (a traduire)

Cela pâge est consacrée à l’organisation et à la maintenance du cadre Wikipédia:Lumière sur de la page d’accueil de Wikipédia. Celui-ci est rempli par l’appel de la page correspondante, dont le contenu est renouvelé quotidiennement de façon automatique. Lorsqu'un article est labellisé à la suite d'un vote AdQ ou BA, il faut créer une sous-page « Wikipédia:Lumière sur/Nom de l'article labellisé ». Cette dernière comprend le résumé introductif de l'article (avec un maximum de 400 mots). L'article sera ensuite mis en lumière sur la page d’accueil le jour programmé.

Il n'y a pas de « sélection », tous les articles de Wikipédia apparaissent sur la page d'accueil, une fois labellisés. Ils peuvent également repasser une nouvelle fois après plusieurs années, s'ils ont été remis à neuf par le projet Après label.

Pour rédiger une Lumière sur un article, suivez les instructions de la page d'aide.

Enqu’houé demécro 24 d’avril 2024

Na petiôta charboniére mâcllo.

Lârdèra [lar.ˈdɛː.ra], lârdèna [lar.ˈdə.na] ou ben mayenche [ma.ˈjɛ̃.tsə] — et pués un mouél d’ôtros noms — est un nom vèrnâcllo pas cllâr en arpetan que dèsigne difèrentes tropes de pâsserâs. Los ôtros côps, les lârdères sont étâyes très-totes rassemblâyes dedens la famelye des Paridae, que contint adés lo principâl de les èspèces, quand los rarrengements taxinomicos ant betâ defôr d’ôtres èspèces de cela famelye. O est lo câs d’ense des Aegithalidae (les « lârdères moniéres » ou ben les « colyèrtes »), des Remizidae (les « rèmiz ») et des Panuridae (les « panures »).

Les lârdères sont de petiôts uséls actifs, u bèc côrt, de fôrma prod cortiôda. Sont ensèctivôres et granivôres. Lo mâcllo et la femèla sont brâvament semblâblos ; los jouenos retiront ux grants. Niçont dedens des bornales d’âbros, mas emplèyont sovent les cabânes a uséls ou ben ôtres bôrnes dens los cortils. Tot plen d’èspèces sont franc sociâbles et frèquentont prod les crêpes en hivèrn.

Liére la suita

Programo du mês

Delon 1ér d’avril 2024

L’égllése Sant-Toudèlo de Colonges.

Colonges [kɔ.ˈlɔ̃.ðə] (Collonges [kɔ.lɔ̃ʒ] en francês) est na comuna francêsa et arpetanna du payis de Gês, que sè trôve diens le dèpartament de l’En en règion Ôvèrgne-Rôno-Ârpes.

Los habitents du velâjo ant nom los Colongês [lo kɔ.lɔ̃.ˈðe] et les Colongêses [le kɔ.lɔ̃.ˈðeː.zə].

Geografia

Le bôrg de la comuna sè trôve a 495 m de hiôt sus na penta u pied de la Hiôta-Chênna du massis du Jura drêt desot le Grant Crét d’Ârp et pués en-dessus la riva drêta du Rôno diens le payis de Gês, prés de l’entrâ levantenche du golèt de l’Ècllusa.

Liére la suita

Demârs 2 d’avril 2024

L’égllése Sant-Toudèlo de Colonges.

Colonges [kɔ.ˈlɔ̃.ðə] (Collonges [kɔ.lɔ̃ʒ] en francês) est na comuna francêsa et arpetanna du payis de Gês, que sè trôve diens le dèpartament de l’En en règion Ôvèrgne-Rôno-Ârpes.

Los habitents du velâjo ant nom los Colongês [lo kɔ.lɔ̃.ˈðe] et les Colongêses [le kɔ.lɔ̃.ˈðeː.zə].

Geografia

Le bôrg de la comuna sè trôve a 495 m de hiôt sus na penta u pied de la Hiôta-Chênna du massis du Jura drêt desot le Grant Crét d’Ârp et pués en-dessus la riva drêta du Rôno diens le payis de Gês, prés de l’entrâ levantenche du golèt de l’Ècllusa.

Liére la suita

Demécro 3 d’avril 2024

L’égllése Sant-Toudèlo de Colonges.

Colonges [kɔ.ˈlɔ̃.ðə] (Collonges [kɔ.lɔ̃ʒ] en francês) est na comuna francêsa et arpetanna du payis de Gês, que sè trôve diens le dèpartament de l’En en règion Ôvèrgne-Rôno-Ârpes.

Los habitents du velâjo ant nom los Colongês [lo kɔ.lɔ̃.ˈðe] et les Colongêses [le kɔ.lɔ̃.ˈðeː.zə].

Geografia

Le bôrg de la comuna sè trôve a 495 m de hiôt sus na penta u pied de la Hiôta-Chênna du massis du Jura drêt desot le Grant Crét d’Ârp et pués en-dessus la riva drêta du Rôno diens le payis de Gês, prés de l’entrâ levantenche du golèt de l’Ècllusa.

Liére la suita

Dejô 4 d’avril 2024

L’égllése Sant-Toudèlo de Colonges.

Colonges [kɔ.ˈlɔ̃.ðə] (Collonges [kɔ.lɔ̃ʒ] en francês) est na comuna francêsa et arpetanna du payis de Gês, que sè trôve diens le dèpartament de l’En en règion Ôvèrgne-Rôno-Ârpes.

Los habitents du velâjo ant nom los Colongês [lo kɔ.lɔ̃.ˈðe] et les Colongêses [le kɔ.lɔ̃.ˈðeː.zə].

Geografia

Le bôrg de la comuna sè trôve a 495 m de hiôt sus na penta u pied de la Hiôta-Chênna du massis du Jura drêt desot le Grant Crét d’Ârp et pués en-dessus la riva drêta du Rôno diens le payis de Gês, prés de l’entrâ levantenche du golèt de l’Ècllusa.

Liére la suita

Devendro 5 d’avril 2024

Le blâson du Cièrgno.

Le Cièrgno [lə sjaʀɲ] (Le Cergne [lə sɛʁɲ] en francês) est una cumena francêse et arpetana du Rouanês dedens le Biôjolês historico, que sè trôve dens le dèpartement de Lêre en règion Ôvèrgne-Rôno-Ârpes.

Los habitents du velâjo s’apèlont los Cièrgnerots [lo sjaʀ.ɲe.ˈʀø] et les Cièrgnerotes [le sjaʀ.ɲe.ˈʀøt].

Geografia

La cumena sè trôve a la bise du Rouanês d’a-coute la frontiére avouéc le Hiôt-Biôjolês vesin.

Liére la suita

Dessando 6 d’avril 2024

Le blâson du Cièrgno.

Le Cièrgno [lə sjaʀɲ] (Le Cergne [lə sɛʁɲ] en francês) est una cumena francêse et arpetana du Rouanês dedens le Biôjolês historico, que sè trôve dens le dèpartement de Lêre en règion Ôvèrgne-Rôno-Ârpes.

Los habitents du velâjo s’apèlont los Cièrgnerots [lo sjaʀ.ɲe.ˈʀø] et les Cièrgnerotes [le sjaʀ.ɲe.ˈʀøt].

Geografia

La cumena sè trôve a la bise du Rouanês d’a-coute la frontiére avouéc le Hiôt-Biôjolês vesin.

Liére la suita

Demenge 7 d’avril 2024

Le blâson du Cièrgno.

Le Cièrgno [lə sjaʀɲ] (Le Cergne [lə sɛʁɲ] en francês) est una cumena francêse et arpetana du Rouanês dedens le Biôjolês historico, que sè trôve dens le dèpartement de Lêre en règion Ôvèrgne-Rôno-Ârpes.

Los habitents du velâjo s’apèlont los Cièrgnerots [lo sjaʀ.ɲe.ˈʀø] et les Cièrgnerotes [le sjaʀ.ɲe.ˈʀøt].

Geografia

La cumena sè trôve a la bise du Rouanês d’a-coute la frontiére avouéc le Hiôt-Biôjolês vesin.

Liére la suita

Delon 8 d’avril 2024

Le blâson du Cièrgno.

Le Cièrgno [lə sjaʀɲ] (Le Cergne [lə sɛʁɲ] en francês) est una cumena francêse et arpetana du Rouanês dedens le Biôjolês historico, que sè trôve dens le dèpartement de Lêre en règion Ôvèrgne-Rôno-Ârpes.

Los habitents du velâjo s’apèlont los Cièrgnerots [lo sjaʀ.ɲe.ˈʀø] et les Cièrgnerotes [le sjaʀ.ɲe.ˈʀøt].

Geografia

La cumena sè trôve a la bise du Rouanês d’a-coute la frontiére avouéc le Hiôt-Biôjolês vesin.

Liére la suita

Demârs 9 d’avril 2024

Fllors de tê sârvâjo dens un prât naturâl.

Lo tê sârvâjo [te sar.ˈvaː.dzo], lo mile-pèrtués [mil.par.ˈtɥi], lo trochèran [trɔ.tse.ˈrã] ou ben lo [te] (Hypericum perforatum L., 1753) est na planta folyèrua pèrèna de la famelye de les Cllusiacês d’aprés lo cllassement cllassico (ou ben de les Hipèricacês d’aprés lo cllassement filogènètico).

Les fates sècrètrices cllâres presentes dessus lo limbo de les fôlyes alongiêes balyont l’êr d’un mouél de pèrforacions, particularitât a l’origina des noms arpetans de mile-pèrtués que vôt dére mile golèts, et pués de cent-pèrtués que vôt dére cent golèts.

Per-dedens totes les èspèces de mile-pèrtués que fôrmont lo genro Hypericum, l’apelacion sen èpitèto de mile-pèrtués dèsigne gènèralament lo tê sârvâjo dens un mouél de patouès arpetans.

Liére la suita

Demécro 10 d’avril 2024

Fllors de tê sârvâjo dens un prât naturâl.

Lo tê sârvâjo [te sar.ˈvaː.dzo], lo mile-pèrtués [mil.par.ˈtɥi], lo trochèran [trɔ.tse.ˈrã] ou ben lo [te] (Hypericum perforatum L., 1753) est na planta folyèrua pèrèna de la famelye de les Cllusiacês d’aprés lo cllassement cllassico (ou ben de les Hipèricacês d’aprés lo cllassement filogènètico).

Les fates sècrètrices cllâres presentes dessus lo limbo de les fôlyes alongiêes balyont l’êr d’un mouél de pèrforacions, particularitât a l’origina des noms arpetans de mile-pèrtués que vôt dére mile golèts, et pués de cent-pèrtués que vôt dére cent golèts.

Per-dedens totes les èspèces de mile-pèrtués que fôrmont lo genro Hypericum, l’apelacion sen èpitèto de mile-pèrtués dèsigne gènèralament lo tê sârvâjo dens un mouél de patouès arpetans.

Liére la suita

Dejô 11 d’avril 2024

Fllors de tê sârvâjo dens un prât naturâl.

Lo tê sârvâjo [te sar.ˈvaː.dzo], lo mile-pèrtués [mil.par.ˈtɥi], lo trochèran [trɔ.tse.ˈrã] ou ben lo [te] (Hypericum perforatum L., 1753) est na planta folyèrua pèrèna de la famelye de les Cllusiacês d’aprés lo cllassement cllassico (ou ben de les Hipèricacês d’aprés lo cllassement filogènètico).

Les fates sècrètrices cllâres presentes dessus lo limbo de les fôlyes alongiêes balyont l’êr d’un mouél de pèrforacions, particularitât a l’origina des noms arpetans de mile-pèrtués que vôt dére mile golèts, et pués de cent-pèrtués que vôt dére cent golèts.

Per-dedens totes les èspèces de mile-pèrtués que fôrmont lo genro Hypericum, l’apelacion sen èpitèto de mile-pèrtués dèsigne gènèralament lo tê sârvâjo dens un mouél de patouès arpetans.

Liére la suita

Devendro 12 d’avril 2024

Fllors de tê sârvâjo dens un prât naturâl.

Lo tê sârvâjo [te sar.ˈvaː.dzo], lo mile-pèrtués [mil.par.ˈtɥi], lo trochèran [trɔ.tse.ˈrã] ou ben lo [te] (Hypericum perforatum L., 1753) est na planta folyèrua pèrèna de la famelye de les Cllusiacês d’aprés lo cllassement cllassico (ou ben de les Hipèricacês d’aprés lo cllassement filogènètico).

Les fates sècrètrices cllâres presentes dessus lo limbo de les fôlyes alongiêes balyont l’êr d’un mouél de pèrforacions, particularitât a l’origina des noms arpetans de mile-pèrtués que vôt dére mile golèts, et pués de cent-pèrtués que vôt dére cent golèts.

Per-dedens totes les èspèces de mile-pèrtués que fôrmont lo genro Hypericum, l’apelacion sen èpitèto de mile-pèrtués dèsigne gènèralament lo tê sârvâjo dens un mouél de patouès arpetans.

Liére la suita

Dessando 13 d’avril 2024

Tropa de cayons : na caye et cinq champassons.

Le cayon [ka.ˈjɔ̃] ou ben le puerc [pwar] — ou uncor le gadin [ɡa.ˈdĩ], le porchèt [pɔr.ˈtsɛ] ou ben le toui [ˈtu.i] en vâldoten — (Sus domesticus, sinonimo Sus scrofa domesticus) est un mamifèro domèstico, sentient, omnivôro de la famelye de los Porcins. Il est réstâ prôcho du sengllar que sè pôt crouesiér avouéc.

Un cayon mâcllo pas châtrâ est un vèrrât [var.ˈra]. La femèla du cayon at nom en arpitan la caye [ˈka.jə], la trouye [ˈtru.jə] ou ben la ganda [ˈɡã.da]. Los tietons sont los gorréls [ɡɔr.ˈre] ou ben los champassons [tsã.pa.ˈsɔ̃].

La chèrn que vint de l’èxplouètacion de quela bétye est la ples consomâ dins le mondo quand ben que la consomar fouét la chousa d'un entèrdét alimentèro dins doux-três religions monotèistes : le judâismo, l’islame et três églléses crètiènes : l’adventismo, l’Égllése ètiopièna ortodoxa et l’Égllése kimbanguista.

Liére la suite

Demenge 14 d’avril 2024

Tropa de cayons : na caye et cinq champassons.

Le cayon [ka.ˈjɔ̃] ou ben le puerc [pwar] — ou uncor le gadin [ɡa.ˈdĩ], le porchèt [pɔr.ˈtsɛ] ou ben le toui [ˈtu.i] en vâldoten — (Sus domesticus, sinonimo Sus scrofa domesticus) est un mamifèro domèstico, sentient, omnivôro de la famelye de los Porcins. Il est réstâ prôcho du sengllar que sè pôt crouesiér avouéc.

Un cayon mâcllo pas châtrâ est un vèrrât [var.ˈra]. La femèla du cayon at nom en arpitan la caye [ˈka.jə], la trouye [ˈtru.jə] ou ben la ganda [ˈɡã.da]. Los tietons sont los gorréls [ɡɔr.ˈre] ou ben los champassons [tsã.pa.ˈsɔ̃].

La chèrn que vint de l’èxplouètacion de quela bétye est la ples consomâ dins le mondo quand ben que la consomar fouét la chousa d'un entèrdét alimentèro dins doux-três religions monotèistes : le judâismo, l’islame et três églléses crètiènes : l’adventismo, l’Égllése ètiopièna ortodoxa et l’Égllése kimbanguista.

Liére la suite

Delon 15 d’avril 2024

Tropa de cayons : na caye et cinq champassons.

Le cayon [ka.ˈjɔ̃] ou ben le puerc [pwar] — ou uncor le gadin [ɡa.ˈdĩ], le porchèt [pɔr.ˈtsɛ] ou ben le toui [ˈtu.i] en vâldoten — (Sus domesticus, sinonimo Sus scrofa domesticus) est un mamifèro domèstico, sentient, omnivôro de la famelye de los Porcins. Il est réstâ prôcho du sengllar que sè pôt crouesiér avouéc.

Un cayon mâcllo pas châtrâ est un vèrrât [var.ˈra]. La femèla du cayon at nom en arpitan la caye [ˈka.jə], la trouye [ˈtru.jə] ou ben la ganda [ˈɡã.da]. Los tietons sont los gorréls [ɡɔr.ˈre] ou ben los champassons [tsã.pa.ˈsɔ̃].

La chèrn que vint de l’èxplouètacion de quela bétye est la ples consomâ dins le mondo quand ben que la consomar fouét la chousa d'un entèrdét alimentèro dins doux-três religions monotèistes : le judâismo, l’islame et três églléses crètiènes : l’adventismo, l’Égllése ètiopièna ortodoxa et l’Égllése kimbanguista.

Liére la suite

Demârs 16 d’avril 2024

Tropa de cayons : na caye et cinq champassons.

Le cayon [ka.ˈjɔ̃] ou ben le puerc [pwar] — ou uncor le gadin [ɡa.ˈdĩ], le porchèt [pɔr.ˈtsɛ] ou ben le toui [ˈtu.i] en vâldoten — (Sus domesticus, sinonimo Sus scrofa domesticus) est un mamifèro domèstico, sentient, omnivôro de la famelye de los Porcins. Il est réstâ prôcho du sengllar que sè pôt crouesiér avouéc.

Un cayon mâcllo pas châtrâ est un vèrrât [var.ˈra]. La femèla du cayon at nom en arpitan la caye [ˈka.jə], la trouye [ˈtru.jə] ou ben la ganda [ˈɡã.da]. Los tietons sont los gorréls [ɡɔr.ˈre] ou ben los champassons [tsã.pa.ˈsɔ̃].

La chèrn que vint de l’èxplouètacion de quela bétye est la ples consomâ dins le mondo quand ben que la consomar fouét la chousa d'un entèrdét alimentèro dins doux-três religions monotèistes : le judâismo, l’islame et três églléses crètiènes : l’adventismo, l’Égllése ètiopièna ortodoxa et l’Égllése kimbanguista.

Liére la suite

Demécro 17 d’avril 2024

Le monument de los môrts de vers Sant-Martin.

Sant-Martin-la-Sârvetât [sã mɒʀ.ˈtẽ la sɒʀv.ˈtɒ] (Saint-Martin-la-Sauveté [sɛ̃ maʁ.tɛ̃ la sov.te] en francês) ou de cotuma Sant-Martin [sã mɒʀ.ˈtẽ] est una comuna francêse et arpetana du Rouanês dens le Forês historico, que sè trôve dens le dèpartament de Lêre en règion Ôvèrgne-Rôno-Ârpes.

Los habitents du vialâjo ant nom le mondo de vers Sant-Martin [lə ˈmɔ̃.dɔ d‿ve sã mɒʀ.ˈtẽ].

Geografia

Le bôro de la comuna sè trôve a 667 m de hiôt sus un replat qu’est sus los dèrriérs contrefôrts de les montagnes du Sêr entre-mié l’Ès a la bise et l’Anzon a la médie en Rouanês.

Liére la suite

Dejô 18 d’avril 2024

Le monument de los môrts de vers Sant-Martin.

Sant-Martin-la-Sârvetât [sã mɒʀ.ˈtẽ la sɒʀv.ˈtɒ] (Saint-Martin-la-Sauveté [sɛ̃ maʁ.tɛ̃ la sov.te] en francês) ou de cotuma Sant-Martin [sã mɒʀ.ˈtẽ] est una comuna francêse et arpetana du Rouanês dens le Forês historico, que sè trôve dens le dèpartament de Lêre en règion Ôvèrgne-Rôno-Ârpes.

Los habitents du vialâjo ant nom le mondo de vers Sant-Martin [lə ˈmɔ̃.dɔ d‿ve sã mɒʀ.ˈtẽ].

Geografia

Le bôro de la comuna sè trôve a 667 m de hiôt sus un replat qu’est sus los dèrriérs contrefôrts de les montagnes du Sêr entre-mié l’Ès a la bise et l’Anzon a la médie en Rouanês.

Liére la suite

Devendro 19 d’avril 2024

Le monument de los môrts de vers Sant-Martin.

Sant-Martin-la-Sârvetât [sã mɒʀ.ˈtẽ la sɒʀv.ˈtɒ] (Saint-Martin-la-Sauveté [sɛ̃ maʁ.tɛ̃ la sov.te] en francês) ou de cotuma Sant-Martin [sã mɒʀ.ˈtẽ] est una comuna francêse et arpetana du Rouanês dens le Forês historico, que sè trôve dens le dèpartament de Lêre en règion Ôvèrgne-Rôno-Ârpes.

Los habitents du vialâjo ant nom le mondo de vers Sant-Martin [lə ˈmɔ̃.dɔ d‿ve sã mɒʀ.ˈtẽ].

Geografia

Le bôro de la comuna sè trôve a 667 m de hiôt sus un replat qu’est sus los dèrriérs contrefôrts de les montagnes du Sêr entre-mié l’Ès a la bise et l’Anzon a la médie en Rouanês.

Liére la suite

Dessando 20 d’avril 2024

Le monument de los môrts de vers Sant-Martin.

Sant-Martin-la-Sârvetât [sã mɒʀ.ˈtẽ la sɒʀv.ˈtɒ] (Saint-Martin-la-Sauveté [sɛ̃ maʁ.tɛ̃ la sov.te] en francês) ou de cotuma Sant-Martin [sã mɒʀ.ˈtẽ] est una comuna francêse et arpetana du Rouanês dens le Forês historico, que sè trôve dens le dèpartament de Lêre en règion Ôvèrgne-Rôno-Ârpes.

Los habitents du vialâjo ant nom le mondo de vers Sant-Martin [lə ˈmɔ̃.dɔ d‿ve sã mɒʀ.ˈtẽ].

Geografia

Le bôro de la comuna sè trôve a 667 m de hiôt sus un replat qu’est sus los dèrriérs contrefôrts de les montagnes du Sêr entre-mié l’Ès a la bise et l’Anzon a la médie en Rouanês.

Liére la suite

Demenge 21 d’avril 2024

Cârro tipico du Revremont a Corvèssiê.

Lo Revremont [rə.vrə.ˈmɔ̃] donc ben lo Revèrmont [rə.vɛr.ˈmɔ̃] (le Revermont [ʁə.vɛʁ.mɔ̃] en francês) est na règion naturâla pués historica francêsa de lengoua arpetanna, que sè trôve dens les dèpartements de l’En, du Jura pués sus na peteta partia du dèpartement de Sona-pués-Louère.

Lo Revremont y pôt étre geograficament dèfeni coment les premiérs contrefôrts dessus sêr du massis du Jura, depués Lons a bise, tant qu’a la reviére d’En dessus matin pués la vela du Pont d’En u midi.

Les habitents de la règion s’apèlont les Cavèts [lø ka.ˈvɛ] pués les Cavètes [le ka.ˈvɛ.tɛ].

Liére la suita

Delon 22 d’avril 2024

Un Airbus H145 de secors arpenc de la Gouârda aèrièna suissèssa de sôvetâjo (REGA).

Un hèlicoptèro [e.li.kɔp.ˈteː.ro] — des côps asse-ben apelâ un aèroplano a bartavèles [a.e.rɔ.ˈpla.no a bar.ta.ˈva.lə], un arèoplano a bartavèles [a.re.ɔ.ˈpla.no a bar.ta.ˈva.lə] ou ben un avion a bartavèles [a.ˈvjɔ̃ a bar.ta.ˈva.lə] — est n’aèronâf que la sustentacion et la propursion sont assurâyes per na vouèlura tornenta, corament apelâye rotor, pués entrênâye per yon ou ben un mouél de motors.

La majoritât des hèlicoptèros emplèye un solèt rotor de sustentacion et pués un rotor ou ben un ôtro dispositif anticobla, les ôtres solucions sont des bi-rotors contrarotatifs betâs sus lo mém’axo, sus doux axos convèrgents, en tandème ou ben a châ couta.

L’histouère de l’hèlicoptèro comence u comencement du XXémo siècllo mas los progrès sont franc ples lents que celos de l’aèroplano. L’usâjo entensif des hèlicoptèros pendent les guèrres d’Algèria et du Viètname et pués lo dèvelopament de les turbomachines mârcont un contôrn major por aportar la prôva de ses capacitâts opèracionèles civiles ou militères.

Liére la suita

Demârs 23 d’avril 2024

Râcllures d’ardouèsa a Fumay, Ardènes.

L’ardouèsa [ar.ˈdwe.za] ou ben l’ardouèse [ar.ˈdwɛz] est na roche mètamorfica que vint d’un jot qu’at endurâ un mètamorfismo gènèrâl fêblo. El est a la famelye des chistos u dedens que lyé sè difèrence per la qualitât de son gran, prod fin et bien mècllo, et pués sa fissilitât : sa capacitât a sè fendre a côsa de sa chistositât dens lo sens de la sèdimentacion. Celes propriètâts fant que la pôvont empleyér coment danrê de cuvèrt.

L’ardouèsa est rèsistenta et sa color pôt vareyér du blanc u nêr, en passent per totes sôrtes de gris, de rojos sombros, de blu fonciê et de vèrds. El at n’aparence lustrâye a côsa de la presence de petiôts micâs blancs embrionèros (variètât apelâye sèricita) que vegnont de la transformacion minèralogica des jots en chistos ardouèsiérs. L’ardouèsa de cuvèrt pôt étre drêta (rèctangulèra) ou ben en fôrma d’ècâlye. Son èpèssior vareye dês 3 tant qu’a 9 mm. Entre-mié 20 et 40 mm, o est na lôza, un ôtro chisto ples pesant et muens cisalyê. La pôsa d’antan est la pôsa a pouenta. Fin XIXémo siècllo, aparêt la pôsa sus crochèt.

Liére la suita

Demécro 24 d’avril 2024

Na petiôta charboniére mâcllo.

Lârdèra [lar.ˈdɛː.ra], lârdèna [lar.ˈdə.na] ou ben mayenche [ma.ˈjɛ̃.tsə] — et pués un mouél d’ôtros noms — est un nom vèrnâcllo pas cllâr en arpetan que dèsigne difèrentes tropes de pâsserâs. Los ôtros côps, les lârdères sont étâyes très-totes rassemblâyes dedens la famelye des Paridae, que contint adés lo principâl de les èspèces, quand los rarrengements taxinomicos ant betâ defôr d’ôtres èspèces de cela famelye. O est lo câs d’ense des Aegithalidae (les « lârdères moniéres » ou ben les « colyèrtes »), des Remizidae (les « rèmiz ») et des Panuridae (les « panures »).

Les lârdères sont de petiôts uséls actifs, u bèc côrt, de fôrma prod cortiôda. Sont ensèctivôres et granivôres. Lo mâcllo et la femèla sont brâvament semblâblos ; los jouenos retiront ux grants. Niçont dedens des bornales d’âbros, mas emplèyont sovent les cabânes a uséls ou ben ôtres bôrnes dens los cortils. Tot plen d’èspèces sont franc sociâbles et frèquentont prod les crêpes en hivèrn.

Liére la suita

Dejô 25 d’avril 2024

Vua drèsa an l’èr de la Donba.

La Donba [ˈdɔ̃.ba] (la Dombes [dɔ̃b] an fransè) è na réjyon natezhèla pi istozhika fransèza pi arpetanna, ke sè trouve surto dan lo départaman de l’In an réjyon Ôvèrnye Rôno Ârpé, antre Lyon pi Bor. Yon dé prinsipô payi de l’In, l’è konstituô d’on platyô d’orijena mozhinnika uz’inonbrâblo étan. La kapitâla istozhika de la Donba èzhe la vlèta de Trevu.

La réjyon è vèzena de dovéz’ôtré grandé réjyon natezhèlé, la Brèse pi lo Buzhè.

Louz’abitan de la réjyon s’apèlon lou Donbisto [lu dɔ̃.ˈbis.tɔ] pi lé Donbisté [le dɔ̃.ˈbis.te].

Lizhe la suita

Devendro 26 d’avril 2024

Un morgiér devant lo massis du Mont-Blanc.

Un morgiér [mor.ˈði], un pèrriér [pa.ˈri] ou ben na pèrralye [pɛ.ˈra.ʎə] — arriér-més cognu desot son nom en angllès coment « un cairn » (que vint du gaèlico ècossês càirn, plurâl de càrn « mouél, pila de piérres ») — z-est un mouél artificièl de piérres betâ avouéc l’entencion por marcar un endrêt a pârt des ôtros. Cél tipo de mouél sè trôve la mêtiêt du temps sus los relièfs, les tôrbiéres ou ben u sonjon de les montagnes. Le tèrmo « cairn » est sovent empleyê en rèference a l’Ècossa, mas pôt asse-ben étre empleyê en ôtros endrêts.

Diont avouéc « un homo de piérres » [ˈɔː.mo ˈd‿piː.re] en patouès de l’Arbanês, « un châthelèt » [θɑ.ɛ.ˈlɛt] en patouès sent-martenenc et pués « un signâlo » [si.ˈɲaː.lo] en patouès tignârd.

Liére la suita

Dessando 27 d’avril 2024

Amimôna fôssa fllor de burro.

L’amimôna fôssa fllor de burro [a.mi.ˈmoː.na ˈfoː.sa fʎɔːr də ˈby.ro] (Anemone ranunculoides ; du grèco anemos : « vent » et pués ranunculoides perce que sa fllor ressemble a cela d’una renoncula) est na planta folyèrua pèrèna de la famelye de les renonculacês, du genro de les amimônes.
O est na planta pas râra des desot-bouescs frès a tèrra reche d’una granta partia de l’Eropa et de l’Asia.

El est avouéc cognua coment l’amimôna fôssa hèrba a burro [a.mi.ˈmoː.na ˈfoː.θa ˈɛr.ba a ˈby.ro] en friborgês et pués la risolèta jôna [ri.zɔ.ˈlɛ.ta ˈdzoː.na] en vôdouès.

Dèscripcion

Semble brâvament a l’amimôna des bochalèts (vêre la dèscripcion de cel’èspèce) mas s’en distingue facilament per ses pètâles jônes. Cél caractèro fât pensar a na fllor de burro de la benda des botons d’or. Mas les fllors de burro ant na tige a fôlyes et pués des sèpâles vèrdes (caliço) desot les pètâles (ou ben les tèpâles).

Liére la suita

Demenge 28 d’avril 2024

Bèla viua de la valâ dus Velârs.

La valâ dus Velârs [va.ˈlɑ du vlɑːr] (la vallée des Villards en francês) — dus côps, diont asse-ben la vâr Gllandon [var ʎã.ˈdɔ̃] (la vallée du Glandon en francês) d’aprés son égoua principâla du mémo nom — ’l est na valâ de les Ârpes francêses en Arpetania, que sè trôve en Môrièna (que ’l est na partia de la Savouè) dedens lo dèpartament de la Savouè-d’Avâl en règion Ôvèrgne-Rôno-Ârpes.

’L est formâye per l’égoua de Gllandon, un aflluent de l’égoua d’Arc.

Los habitents de la valâ s’apèlont los Velarencs [lo vlɑ.ˈrɛ̃] et les Velarenches [le vlɑ.ˈrɛ̃.θə].

Liére la suita

Delon 29 d’avril 2024

Borjon de fo (Fagus sylvatica).

En botanica, un borjon [bɔr.ˈdzɔ̃] ou ben un brot [brɔ] — ou oncor un jet [dzət] en Vâl d’Aoûta et na partia du Valês Centrâl — est un ensemblo de franc jouenes piéces folyères rassemblâyes sus un axo vègètatif rudament côrt. Corrèspond gènèralament a na crèssua qu’aparêt dessus doux-três parties des vègètâls et que balye nèssence a les branches, a les fôlyes, a les fllors et pués ux fruits.

Los borjons sont bien de côps emparâs per d’ècâlyes prod sovent cuvèrtes d’un’èssence pegienta. Dens los payis tempèrâs, sè fôrmont vers la fin de la bèla sêson, tantout a l’assela de les fôlyes, tantout u fin bèc des raméls, pués s’ôvront de forél que vint.

Fôt pas confondre lo borjon avouéc lo boton fllorâl, que prend ples târd et pués contint ren que de fllors.

Liére la suita

Demârs 30 d’avril 2024

La lôna du Content, un viely brès du Rôno u levant de Liyon dedens lo dèpartament de l’En.

Na lôna [ˈloː.na] est un brès d’un fllevo que réste en retrèt du liét principâl. El est alimentâye en égoua per enfiltracion dês la napa de glliére ou ben tot drêt per lo fllevo en temps d’égouâna. Son traciê et sa morfologia pôvont adonc fôrt èvoluar desot la pouessience des verèts et la quantitât de dèpôts dèplaciês.

« Lôna » est un tèrmo arpetan — francèyê coment « lône » — que vint du gèrmanico *lûhno (« gôlye »). Il ére empleyê ren que por lo Rôno u comencement mas s’est pués ètendu a d’ôtros cors d’égoua coment l’Isera. Il est sinonimo du tèrmo « bouère », empleyê por Lêre et l’Aliér en angevin et galô.

Liére la suita