Morât

De Vouiquipèdia, l’enciclopèdia abada.
Aller à la navigation Aller à la recherche
B down.svg Cél articllo est ècrit en arpetan supradialèctâl / ORB lârge. Lo blâson panarpetan


la vela de Morât avouéc lo Lèc de Morât.

Morât (en francês Morat, en tuche Murte) est na vela et comena suissèssa du quenton de Fribôrg.

Situacion de Morât.

Histouère[changiér | changiér lo tèxto sôrsa]

En 515, la côrt Muratum situâye dedens lo reyômo de Burgondia, fut balyée u monastèro de Sent-Môris d’Agôno pendant la fondacion de ceti per lo rê Sigismond.[1]

La règ·ion de Morât, vela franca de l’empiro, sè trovève, dês lo XIIIièmo siècllo, a la frontiére entre-mié la Savouè et lo territouéro des ducs de Zähringen. Dês 1255, Morât ére una vela et forterèssa u fin bec de territouéro du comto Pierro II de Savouè.[2] En 1351 un trètâ d’ède des veles de Morât et Bèrna fut fât.

En 1803, per la constitucion de la « Mèdiacion » de Napoléon Iér, Morât vint na comena du quenton de Fribôrg.

Lo 1ér de janviér 2022, la vela de Morât est plés granta après la fusion avouéc les comenes de Chàrmê (Galmiz en alemand), Champagni (Gempenach) et asse-ben avouéc la comena Clavalères qu’ére tant qu’en 2021 dedens lo quenton de Bèrna.

Placa bilengouala de la stacion CFF «Murten/Morat».

Lengoues[changiér | changiér lo tèxto sôrsa]

Morât – vela bilengouâla – sè trôve a la frontiére lingouistica entre-mié los cârros de l’Arpetan et du Tuche. Dedens la comena, lo Francês est na lengoua de minoritât.

La lengoua oficièla de la vela est l’alemand. Lo dialècto est lo Tuche bèrnês et non pas lo Tuche singenês.

Populacion[changiér | changiér lo tèxto sôrsa]

Per sa populacion de 9358 habitents (en 2020), Morât constitue la sixiéma comuna du canton de Fribôrg.

Pèrsonalitâts[changiér | changiér lo tèxto sôrsa]

Émâges[changiér | changiér lo tèxto sôrsa]

Lims de defôr[changiér | changiér lo tèxto sôrsa]

Lo logô de Commons
Wikimedia Commons propôse de documents multimèdiâ sus Morât.

Rèferences[changiér | changiér lo tèxto sôrsa]

  1. Bernard Andenmatten, Laurent Ripart et Pierre-Alain Mariaux (dir.), L'abbaye de Saint-Maurice 515-2015, 2015.
  2. André Perret : Le comte Pierre II de Savoie. L'expansion savoyarde et l'alliance anglaise au XIIIe siècle, dedens : Revue savoisienne,‎ 1983, p. 95-119.