Conteur vaudois

De Vouiquipèdia, l’enciclopèdia abada.
B down.svg Cél articllo est ècrit en arpetan supradialèctâl / ORB lârge. Lo blâson panarpetan


Lo Conteur vaudois en 1869.

Lo Conteur vaudois est un jornal hebdomadéro suisso de lengoua francèsa et arpetana.

Histouère[changiér | changiér lo tèxto sôrsa]

La publicacion de l’Associacion vôdouèsa des amis du patouès est étâ fondâ en 1862 à Losena, per Louis Monnet et Henri Renou. Lo Conteur vaudois at publiâ des articllos sus la cultura, l’èconomia et la via de la Suisse romanda, et asse-ben sus los patouès et los ècrivens arpetans de Suisse. Doux-três tèxtos sont d’ècrivens vôdouès, p.ègz. d’ Alfred Cérésole et de Louis Favrat.[1]

D’ense, Louis Favrat at ècrit lo tèxto «Pierro Tatipotze» dedens los premiérs nombros du Conteur, en 1862 :

«… D’à premi tot alla prau bin : noutron Pierro veindâi de la règuelisse, dei rolets dé tabac, de la cassonarda, de la farna bliantze, dau tabac à niclliâ, dau sucro, dau café, dei remêssé et dau savon; remêssivé la boutiqua et poutzîvé lé balancé. Et pu la vîllie fasâi dau bon café, de la soup’ aux fidés, et quôqué iadzo dau matafan; l’étai bin ou bocon retreinsa, et verîvé bin sé courtze dévan que de lé bailli, mâ tot parâi lei cosâi prau à medzi. Tot cein étâi bô et bon, et noutron corps, avoué sé gadzo, arâi pu sé gardâ quôqué courtze; mâ falliâi se retapâ on bocon. Peinsâ vâi, à Losena, su la Palud ! … »[2]

En 1863, lo Conteur at publiâ un’anciana chanson sus la dominacion de la Mêson de Savouè sus lo payis de Vôd :

«O prènce de Savouya
T’as ton cau bèn marri
T’as angaddhi
La noblla Velanaûa
De Tçillon le tçathi
T’as angaddhi Losëna
Losëna et Vevay
Tote le méliau pllatçe
Que ll’ausse à l’entouâ d’au [3]

En 1869, Louis Favrat at publiâ, dedens lo jornal : «Quelques mots sur les patois de la Suisse française.[4]

La fin de la première serie du Conteur vaudois vint en 1934. Dês 1947 l’est publiâ la seconda serie : Le nouveau Conteur vaudois, pués dês 1956 lo Conteur romand, revue pour le maintien des patois et des traditions, tant qu’en 1968.

Dês 1960 lo Conteur est la publicacion de la Fédération romande des patoisants qu’at fondâ, en 1973, lo jornal L’Ami du Patois.[5]

La lengouiste Dorothée Aquino at dècrit la posicion du Conteur vaudois,[6] collèccion de tèxtos arpetans qu’est una sôrsa du Gllossèro des patouès de la Suisse romanda.

Vêre avouéc[changiér | changiér lo tèxto sôrsa]

Bibliografia[changiér | changiér lo tèxto sôrsa]

  • Jean-Pierre Chuard : Des journaux et des hommes : aspects de l'histoire et de l'évolution de la presse en Suisse romande, Yens 1993.
  • Conteur vaudois, dedens lo Diccionèro historico de la Suisse
  • Olivier Stucky : Écrire chez nous. Des manifestations du "parler de chez nous" dans la littérature populaire vaudoise au tournant des XIXe et XXe siècles comme affirmation identitaire. Universitât de Losena 2006.

Lims de defôr[changiér | changiér lo tèxto sôrsa]

Notes et rèfèrences[changiér | changiér lo tèxto sôrsa]

  1. Dictionnaire historique et biographique de la Suisse, 1926, t. 3, p. 66.
  2. Conteur vaudois, 13 décembre 1862, no. 3, p. 3.
  3. Conteur vaudois, 21 février 1863, no. 13, p. 2.
  4. Conteur vaudois, 1869, no. 17.
  5. Eric Flückiger : Bref historique de la FRIP (Fédération romande et interrégionale des patoisants)], dedens : L’Ami du Patois, Revue de la Fédération romande et interrégionale des patoisants, 1965 Savièse, an 2009, n° 142, p. 75-81. (https://www.centre-etudes-francoprovencales.eu/bollettini/nouvelles-centre-60-2009-893.pdf )
  6. Dorothée Aquino : Regards indigènes sur la littérature francoprovençale suisse romande (1801-1912). Dedens : La littérature francoprovençale, en hommage au prof. Gaston Tuaillon et à ses études. Courmayeur, 6 septembre 2014. p. 40 : «Parmi les journaux qui publient le plus grand nombre de fragments en francoprovençal, il faut souligner l’importance du Conteur vaudois […]. Cet hebdomadaire, organe de l’Association vaudoise des amis du patois, leur dédie en effet, dans presque chaque numéro, une place non-négligeable. Cela s’explique principalement par l’ambition de ses auteurs […] d’en faire un journal culturel et littéraire. L’influence du Conteur vaudois pour la littérature francoprovençale est d’ailleurs confirmée par le fait que beaucoup de journaux locaux reprennent des textes patois publiés initialement dans ses pages.»