Vouiquipèdia:Ortografia de rèference B/Liyonês d’aprés la moda de Martin & Vurpas

De Vouiquipèdia, l’enciclopèdia abada.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
B down.svg Ceta pâge est a mêtiêt ècrita en arpetan supradialèctâl / ORB lârge.

Cette page est partiellement écrite en français.

B down.svg


Les grafies
de la Vouiquipèdia arpetana
Ortografia de Rèference Graphie englobante/uniformisée.
(Arpitania)
Grafia de Conflans Grafia semi-fonetica
(Brêsse, Savouè)
Graphie BREL Grafia semi-fonetica
(Vâl d’Aoûhta)
Grafia GIT Grafia semi-fonetica
(Vâl d’Aoûhta)
Grafia de Harrieta Grafia semi-fonetica
(Koinè)

La pâge d’èxpllicacion sur l’ècritura por los patouès liyonês en ortografia de rèference dens la môda de Martin & Vurpas.

La môda de Martin & Vurpas[changiér lo tèxto sôrsa]

(fr) Pour écrire le Lyonnais, le professeur Jean-Baptiste Martin et la linguiste Anne-Marie Vurpas ont repis dans le guide « Le Lyonnais de poche » l’orthographe utilisée dans « Le Francoprovençal de poche » en tenant compte des spécificités des parlers lyonnais.[1]

(frp) Por ècrire lo Liyonês, lo profèssor Jian-Baptista Martin et la linguista Ana-Maria Vurpas 'l ant reprês dens la guida « Le Lyonnais de poche » l’ortografia utilisâye dedens « Le Francoprovençal de poche » que tint comptio des spècifitâts des parlements liyonês.

Quârques caractèristicos fonéticos[changiér lo tèxto sôrsa]

  • Double évolution du A latin: Les parlers lyonnais, commes les autres parlers arpitans, connaissent la double évolution du A, ce qui se traduit par deux séries de formes pour certains type de mots. En position atone finale, le A libre latin est resté a dans les mots où il n'était pas précédé d'une consonne de type palatal (y, gn, ch, j) mais il est devenu i dans les mots où il était précédé d'une telle consonne. En lyonnais, on dit na rousa, une rose, mais na vachi, une vache, jôna, jaune (adj. f. sing.), mais rogi, rouge (adj. f. sing.). Cette opposition ne se retrouve plus au pluriel puisque l'on a rouses, roses, vaches, vache, jônes, jaunes, roges, rouges. En position tonique, on retrouve la même évolution. A a évolué en ie puis en i derrière une consonne de type palatal; derrière les autres consonnes, le A s'est maintenu et a même, assez récemment (probablement au XVIIIe siècle), évolué vers o.[2] Pour les verbes du premier groupe, on a donc deux séries d'infinitifs: chantâr (prononcé chanto), chanter, et mengier[3] (prononcé minji), manger.
  • Maintien du U atone final: Les parlers lyonnais ont, dans certains contextes, conservé le U latin atone final du masculin sous la forme o et l'ont même étendu à d'autres mots comme marque de masculin. Ex: châno, chano, chêne, homo omo, homme, jôno, jono, jaune (adj. m. sing.).
  • Nasalisation des voyelles: Les voyelles suivies d'une consonne nasale sont ordinairement nasalisées dans les mêmes contextes qu'en français (ex. CANTARE → chantâr, chanter, VINU → vin, vin), mais certaines voyelles ont conservé leur timbre originel comme le montrent les exemples suivants (plus bas). Le U suivi de nasale a donné in dans les parlers lyonnais et non on comme dans la majorité des parlers arpitans (ex. UNU, in, prononcé in).
Latin Lyonnais Français
PANE pan (prononcé an) pain (prononcé in)
VENTU vent (prononcé in) vent (prononcé an)
VENDERE vendre prononcé in) vendre (prononcé an)
  • Evolution des consonnes occlusives P, C, D, T entre voyelles: En position intervocalique, elles se sont affaiblies dans les mêmes conditions qu'en français (T et D ont même disparu).
Latin Lyonnais Français
SAPONE savon savon
PACARE payier payer
VITA via vie
SUDAR suâr suer
  • Palatalisation (mouillure) de C et G devant A: Dans les parlers lyonnais, le C et le G devant A sont devenus ch et j: CANTARE -> chantâr, chanter, GALBINA -> jôna, jaune. Cette évolution distingue ces parlers de la majorité des parlers arpitans où l'on a ts et dz (c'est le cas par exemple des parlers beaujolais) ou sh (son correspondant à l'anglais thing) et zh (son correspondant à l'angais the) (c'est le cas des parlers situés à l'est de Lyon). L'évolution en ch et j est, en fait, une évolution récecente, que l'on retrouve dans une aire qui va de Roanne à Saint-Etienne et Grenoble, c'est-à-dire sur la zone de rencontre entre l'arpitan et l'occitan, les Monts du Lyonnais étant inclus dans cette zone.
  • Evolution des groupes consonantiques CL et GL: Le L des groupes CL et GL s'est palatalisé en ly qui a évolué en y. Ainsi les mots clâ, clef et agland, gland, sont prononcés kyo et agyan.
  • Le R intervocalique: Dans les Monts du Lyonnais, le R intervocalique a tendance a s'affaiblir en un son interdental qu'on note zh dans la graphie de type phonétique. Ainsi le mot virier peut se prononcer vizhi.

Graphie et prononciation de l'arpitan lyonnais[changiér lo tèxto sôrsa]

En Lyonnais - comme dans le reste de l'arpitan -, certaines prononciations peuvent varier d'un village à l'autre. Les prononciations les plus fréquentes correspondant aux signes graphiques utilisés sont les suivantes:

Consonnes[changiér lo tèxto sôrsa]

Grafia Prononciacions les plles frèquentes Ègzemplo en Liyonês Traduccion en francês
b b bâs bas
c k corir courir
c + e, i s cinq cinq
cl ky clâ clef
ç s çu ce
ch ch chantâr chanter
d d dent dent
f f fèna femme
g g gran grain
g + e, i j mangi manche
gl gy agland gland
gn ny châtagni châtaigne
h ne se prononce pas homo homme
j j relojo horloge
k k kilô kilo
l l lavâr laver
ly y palyi paille
m m man main
n n nâs nez
p p pan pain
qu k que que
r r râva rave
r entre voyelles zh virier tourner
rr r vêrro verre
s s sucro sucre
s entre voyelles z rousa rose
ss s passâr passer
t t tant tant
v v vin vin
x ks fixar fixer
z z zéro zéro

Voyelles[changiér lo tèxto sôrsa]

Grafia Prononciacions les plles frèquentes Ègzemplo en Liyonês Traduccion en francês
a a vachi vache
â o portâ porté
an an pan pain
am an fam faim
âr o chantâr chanter
e e venir venir
é é, è féta fête
è è, à hivèr hiver
en in ventro ventre
es (atone final) e rouses roses
eu eu, u dieu dieu
ê è, a étêla étoile
i i farina farine
ie i marchie marché
ien yin bien bien
ier i mengier manger
in in vin vin
o o, ou codre coudre
ô o chapiô chapeau
on on bon bon
ou ou rousa rose
u u venu venu
  • Note: ou et u devant voyelle notent les semi-consonnes qu'on entend, par exemple, dans les mots français roi (prononcé roua) et lui.

Gramatica[changiér lo tèxto sôrsa]

Nos ècrivens solament la gramatica qu'est difèrent avouéc l'OR-B lârge.

L'article indéfini[changiér lo tèxto sôrsa]

masculin féminin
singulier in ina, na
pluriel de de

Per ègz.: in homo, na fena, in livro, na pagi.

Noms communs féminins[changiér lo tèxto sôrsa]

Ceux qui se terminent par -a ou -i au singulier prennent -es au pluriel.

rousa rouza rose
rouses rouzes roses
vachi vachi vache
vaches vache vaches

Le pronom sujet[changiér lo tèxto sôrsa]

Singulier[changiér lo tèxto sôrsa]

en Liyonês en Francês
1re personne je je
2e personne te tu
3e personne a il
3e personne (féminin) (e)le elle
3e personne (neutre) o[4] il

Pluriel[changiér lo tèxto sôrsa]

en Liyonês en Francês
1re personne je[5] nous
2e personne vos vous
3e personne ils ils
3e personne (féminin) (e)les elles

Quârques mots[changiér lo tèxto sôrsa]

Quârques mots d'ense: Coma, comment, sandât, santé, A revêre, au revoir, biô, beau, acouérol, écureuil, la filyi, la fille, la suèr, la soeur, la borgia, le hameau, la placi, la place, lo vilajo, le village, la vila, la ville, la mèrie, la mairie, la grant rua, la rue principale, l'élisi, l'église, traboules, allées qui traversent un pâté de maisons d'une rue à une autre, ficelle, le funiculaire, gone, gosse, fenotte, femme, mamis, enfants...

Modèlos dessus Vouiquipèdia[changiér lo tèxto sôrsa]

Usâjo
En g·ènèrâl, vos pouede empleyér cél modèlo u comencement d’una pâge.
B down.svg Cél articlo est ècrit en arpitan liyonês / ORB sarrâ (moda de Martin & Vurpas). Lo blâson du Liyonês


Sintaxa
{{Grafia - Liyonês en ORB sarrâ - Martin & Vurpas}}

Notes et rèferences[changiér lo tèxto sôrsa]

  1. (fr) Martin, J-B. & Vurpas, A-M. (2006). Le Lyonnais de poche. Assimil: Chennevières-sur-Marne.
  2. Dans la graphie arpitane, ce son est noté â afin de maintenir le lien avec les autres parlers arpitans qui ont conservé le a (ex. Forez, Dauphiné) ou lui ont donné un son intermédiaire entre a et o.
  3. Nous avons conservé ie pour noter le i afin de maintenir le lien avec les autres parlers arpitans où au i lyonnais correspondent les prononciations , (ier est d'ailleurs la forme des textes d'archives lyonnais jusqu'au XVe siècle).
  4. A la 3e personne, la forme du neutre est ol ou oy devant un verbe commençant par une voyelle, mais ov devant le verbe "être". o est également utilisé pour traduire on (l'indéfini on peut également être rendu par je, nous, et ils, ils, ou eles, elles).
  5. A la 1re personne du pluriel, le pronom est je comme à la 1re personne du singulier (je chanto, je chante, je chantons, nous chantons).