Lengoua d’oly

De Vouiquipèdia, l’enciclopèdia abada.
(Redirigiê dês Lengoues d’ouè)
Alar vers : navegacion, rechèrche
B down.svg Cél articllo est ècrit en arpetan supradialèctâl / ORB lârge. Lo blâson panarpetan


Pôvont vêre la distribucion de les lengoues d’oly (a pârt lo francês) dedens les petiôtes difèrences de vèrd sur la mapa.

Historicament, la lengoua d’oly, ou tot simplament oly (oïl en francês ; prononciacion francêsa : o-il [ɔ.il], ou-il [u.il], oui [wi], o-ille [ɔj][1]), est la lengoua romana que s’est dèvelopâye dedens la partia enversenche de la Gôla, pués dedens la partia enversenche de la France, dedens lo mié-jorn de la Bèlg·ica (Bèlg·ica romana) et dedens les iles Angllo-Normandes avouéc, et pués qu’ére prègiêe u Moyen Âjo[2]. Dens un premiér temps, sè confond avouéc lo viely francês, qu’adonc engllobe los difèrents dialèctos d’oly. L’aparicion d’una fôrma lengouistica solèta et estandardisâye u comencement du temps modèrno (lo francês d’ora) rend cel’identificacion plurâla passâye de môda por lo moyen francês : prèjont dês adonc du francês d’una pârt, et de les ôtres lengoues d’oly d’ôtra pârt. Considèront que les lengoues d’oly constituont un groupo de les lengoues galo-romanes[3]. Cél groupo de la bise at consèrvâ un substrat cèltico més important et pués at endurâ na més granta portâ du gèrmanico que sa cusena occitano-romana du mié-jorn, la lengoua d’oc.

Dètaly de les lengoues[changiér | changiér lo tèxto sôrsa]

Les lengoues d’oly d’aprés Henriette Walter (1988).
Les lengoues d’oly d’aprés Marie-Rose Simoni-Aurembou (2003).
Les lengoues d’oly d’aprés lo Vouiccionèro.

Les lengoues d’oly pôvont étre rassemblâyes d’aprés des critèros lengouisticos. Dens lo câs de celes prègiêes en France, los regroupâjos pôvont étre fêts avouéc un’endicacion g·eografica, que pèrmèt de localisar lo cârro lengouistico concèrnâ[4]. Celes lengoues sont,

Notes et rèferences[changiér | changiér lo tèxto sôrsa]

Notes[changiér | changiér lo tèxto sôrsa]

Rèferences[changiér | changiér lo tèxto sôrsa]

  1. * 1. 1871 : Traité complet de prononciation… (A. Lesaint) nota 2, p. 210, citacion traduita en arpetan « Langue d’oïl ou ben d’oil, d’ouil, d’ouyl, et pués d’oui (prononciéd o-il, ou-il, oui), nom balyê, dens lo Moyen Âjo, a la lengoua que prègiêvont los poplos de la France que réstâvont a la bise de Lêre, et que lo segno afirmatif sè prononciêve oil, ouil, etc. La langue d’oui, dialècto que sè prègiêve u XIIIo siècllo, vint aprés la langue d’oïl. » https://archive.org/stream/traitcompletde00lesauoft#page/210/mode/2up (ed.1890).
    ou ben :
    2. [ɔjl] fât rentrar dedens lo corent du XXo siècllo per mimètisacion de l’angllès « oil » (pètrolo ou ben ôlyo).[rèf. nècèssèra]
  2. Entrâ « oïl » du Trèsor de la lengoua francêsa enformatisâ sur lo seto Analisa et trètament enformatico de la lengoua francêsa.
  3. Bernard Cerquiglini, lengouisto, et pués dirèctor de l’Enstitut nacionâl de la lengoua francêsa (C.N.R.S.), note, dedens son rapôrt d’avril 1999, citacion traduita en arpetan, que « lo golèt at pas cèssâ de sè crosar entre-mié lo francês et les variètâts de la lengoua d’oly, qu’houé sariant pas considèrar coment des "dialèctos du francês" ; franc-comtês, valon, pecârd, normand, galô, pouètevin-santongês, borguegnon-morvandiô, lorren dêvont étre retegnus permié les lengoues de payis de la France ; les qualifieront dês adonc de « lengoues d’oly », en les entrement dedens la lista. » (Cerquiglini 1999).
  4. Lo present cllassement, èxcèpcion fêta des amènagements signalâs en nota, corrèspond a celi balyê per Hervé Abalain (Abalain 2007, pâge 156).
  5. Hervé Abalain endique, citacion traduita en arpetan, que « l’orlienês, lo torangél […], lo bèrrichon, lo borbonês, lo parlar d’Ila-de-France sont des variacions d’una méma lengoua vegnua lo francês estandârd » (Abalain 2007, pâge 154).
  6. Lo normand est ique placiê dedens un groupo a pârt por rèspèctar son unitât. Dedens lo cllassement prês ique en rèference, lo hiôt-normand figurâve a la bise et lo bâs-normand u cuchient.
  7. Lo franc-comtês figurâve u levant dedens lo cllassement prês ique en rèference, mas y ére placiê un pou a pârt. Sè distingue, en èfèt, de les ôtres lengoues de cél regroupâjo de per sa spèceficitât que fât de lui na lengoua de transicion de vers l’arpetan.
  8. André-Louis Terracher, Univèrsitât de Liverpool pués de Strasbôrg, La rencontre des langues entre Loire et Dordogne, dedens : Le Centre-Ouest de la France, encyclopédie régionale illustrée, 1926, citacion traduita en arpetan : « Sufit de parcorir les cent premiéres mapes de l’Atlâs lengouistico de la France de MM. Gilliéron et Edmont por s’apèrcêvre que los parlars du Centro-Ouèste (Pouètô, Ônis, Santonge et Engômouès) gouârdont, enqu’houé adés et pués a los prendre d’ensemblo, un’endèniâbla originalitât. ».
  9. Jacques Pignon, Univèrsitât de Pouètiérs, L’évolution phonétique des parlers du Poitou, 1960, citacion traduita en arpetan : « O est èvident que l’èvolucion fonètica des parlars pouètevins et cela des parlars santongês est a pou prés paralèla. Constituont, u cuchient du cârro galo-roman, na zona originâla yô que sè rencontront, d’una pârt, trèts d’oc et trèts d’oly, de l’ôtra doux-três dèvelopaments particuliérs, encognus dedens les provinces vesenes que sè trôvont a la Bise et u Mié-jorn. ».
  10. Liliane Jagueneau, Univèrsitât de Pouètiérs, Les Traits linguistiques du poitevin-saintongeais, dedens : La langue poitevine-saintongeaise : identité et ouverture, 1994, citacion traduita en arpetan : « los pouents du cârro pouètevin-santongês sont sufisament prôchos dens l’analisa (distance lengouistica fêbla) por étre considèrâs coment forment un ensemblo que sè tint. ».
  11. Brigitte Horiot, CNRS et Univèrsitât Liyon-III, Les Parlers du Sud-Ouest, dedens : Français de France et Français du Canada : Les parlers de l’Ouest de la France, du Québec et de l’Acadie, 1995, citacion traduita en arpetan : « La dèscripcion lengouistica du cârro de l’ALO bete en avant l’ègzistence entre-mié Lêre et Gironda d’un cârro lengouistico important, forgiê per sa situacion g·eografica et per son histouère, et que la particularitât est d’étre na mârche entre-mié la Bise et lo Mié-jorn, entre-mié los payis bretons et la règ·ion du Centro. ».
  12. Pierre Bonnaud, Univèrsitât de Cllârmont-Fèrrand, La langue régionale, dedens « Esquisse géohistorique du Poitou médioroman », 2006, citacion traduita en arpetan : « Y at pas moyen de trètar a pârt pouètevin et santongês, mas sont a côp solidèros et un pou distincts, tant dens lors origines que dens lor èvolucion. ».
  13. Hans Goebl, Univèrsitât de Salzburg, Regards dialectométriques sur les données de l’Atlas linguistique de la France (ALF): relations quantitatives et structures de profondeur, dedens : Estudis Romànics XXV, 2003, pâges 59-121. Liére en legne : Dedens cel’ètuda lo pouètevin-santongês aparêt coment un’unitât asse-ben u nivél de l’analisa supradialèctâla (mapa 20) que de l’analisa dialèctâla (mapa 22).
  14. Aprés un ècllipso entre 2007 et lo 19 de janviér 2010, lo pouètevin-santongês tôrne dens la lista de les lengoues de France, lengoues d’oly, comencement 2010, dedens lo seto Vouèbe de la Dèlègacion g·ènèrâla a la lengoua francêsa et a les lengoues de France (DGLFLF), sèrviço du Ministèro de la Cultura, desot ceti libelâ (traduit en arpetan) : « pouètevin-santongês [en ses doves variètâts : pouètevin et santongês] ».