Aller au contenu

Champenouès

De Vouiquipèdia, l’enciclopèdia abada.
Cél articllo est ècrit en arpetan supradialèctâl / ORB lârge. Lo blâson panarpetan


Champenouès
Champaignat
[tsã.pə.ˈnwe], [θã.pə.ˈnwe], [ʃã.pə.ˈnwe]

Émâge ilustrativa de l’articllo Champenouès
Lo cârro lengouistico du champenouès avouéc los noms des principâls dialèctos.

Payis France, Bèlgica
Règion Champagne-Ardèna, mié-jorn de l’Èna, bise de la Yona, partia levantenche de la Sêna-et-Mârna, province de Namur, province de Lussembôrg
Tipologia SVO, accentuâla, flèccionâla
Cllassement per famelye
Statut oficièl
Lengoua oficièla pas oficièla en France, lengoua de payis endogèna de Bèlgica
Codes de lengoua
Linguasféra 51-AAA-hg
Glottolog cham1332
Mapa
Situacion du champenouès (en blu bluèt) permié les lengoues d’oly.
Situacion du champenouès (en blu bluèt) permié les lengoues d’oly.

Lo champenouès [tsã.pə.ˈnwe][N 1] (lou champaignat en champenouès) est na lengoua d’oly surtot prègiêe en Champagne[1],[2].

La prèjont étot u mié-jorn de l’Èna, a bise de la Yona et pués dens la mêtiêt levantenche de la Sêna-et-Mârna, mas tot pariér en Bèlgica, dedens plusiors velâjos de la Bâssa-Semouès[N 2],[3].

Recognua en France coment « lengoua de France »[4],[5], o est yona de les lengoues presentâyes dedens lo rapôrt u profèssor Bèrnârd Cèrquilyini, por na recognessence possibla de les lengoues de payis per la France[6]. Lo champenouès est qualifiâ de lengoua en dangiér por de bon[7].

En Bèlgica, lo champenouès bènèficiye du dècrèt qu’empâre les lengoues de payis endogènes en Comunôtât francêsa[8],[9],[10].

Notes et rèferences[changiér | changiér lo tèxto sôrsa]

Notes[changiér | changiér lo tèxto sôrsa]

  1. Prononçont asse-ben [θã.pə.ˈnwe], [ʃã.pə.ˈnwe]etc. d’aprés los patouesants.
  2. O est les comenes de Sugny, Vresse-sur-Semois, Membre et Bohan.

Rèferences[changiér | changiér lo tèxto sôrsa]

  1. (fr) Hervé Abalain, Le français et les langues historiques de la France, Quintin, Éditions Jean-Paul Gisserot (en legne).
  2. (fr) Bernard Popelineau, « Langues d’Oïl et langue champenoise », Lou Champaignat, no 5,‎ .
  3. (fr) « Atlas sonore des langues régionales de France », dessus atlas.limsi.fr (qu’est lo seto oficièl de l’Atlâs que resone de les lengoues de payis de France), Paris, CNRS, .
  4. (fr) Les langues de France, Paris, Délégation générale à la langue française et aux langues de France du Ministère de la Culture (France) (en legne).
  5. (fr) Bernard Popelineau, « Le champenois langue de France », Lou Champaignat,‎ .
  6. (fr) Jean Sibille, « « Langues de France » et territoires : raison des choix et des dénominations », Langue et espace, Pèçac, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, vol. 7 « Multilinguisme et langues minoritaires »,‎ , p. 85-107 (EAN 9782858923977, DOI 10.4000/books.msha.6444, en legne).
  7. (fr) « Champenois », dessus languesdoil.org (qu’est lo seto oficièl de Défense et promotion des langues d’oïl), .
  8. (fr) Michel Francard, Wallon, Picard, Gaumais, Champenois. Les langues régionales de Wallonie, De Boeck, Brussèla, 2013.
  9. (fr) Michel Francard, Langues d’oïl en Wallonie, Brussèla, Bureau européen pour les langues moins répandues (ISBN 1-870675-17-7).
  10. (fr) Michel Francard, « La frontière entre les langues régionales romanes et le français en Wallonie », La lexicographie différentielle du français et le "Dictionnaire des régionalismes de France",‎ , p. 45-61.