Histouère de France

De Vouiquipèdia, l’enciclopèdia abada.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cèt articllo fât partia d'una una sèria sur
l'Histouère de France
National Emblem National Emblem National Emblem
Cronolog·ie

L'Histouère de France est l'histouère du payis qu'apèlont houê la France.

Carte animée montrant l’évolution du territoire français métropolitain de 985 à 1947. Après s’être petit à petit accru au Moyen Âge et aux Temps Modernes, la France a connu sa dernière extension territoriale majeure et dèfinitiva en 1860, avec l’acquisition de Nice et de la Savoie.
Èvolucion des frontières de la France mètropolitèna, de 985 a 1947.

La France mètropolitèna actuèla ocupe la ples granta partie des anciènes Gôles cèltiques, conquêses par Jules Cèsar u 1ér sièclo dev. J.-C., mas ele trâye son niom de los Francs, un poplo gèrmanico que s'y enstalat a partir du Ve sièclo. La France est un Ètat a l'unificacion ancièna et fut l'yon de los premiérs payis de l'època modèrna que tentat un'èxpèrience dèmocratica.

Prèhistouère, protohistouère et Antiquitât[changiér | changiér lo tèxto sôrsa]

Lascaux cave paintings: a horse from Dordogne facing right brown on white background
Une des peintures de Lascaux, Dordogne, u torn de 18.000 dev. J.-C.

La prèsence humèna sur lo tèrritouèro de la France actuèla remonte u Palèolitico enfèrior ; les ples anciènes trâces de via humèna dâtont d'el y at u torn de 1 800 000 ans. L'homo est adonc confrontâ a un climat dificilo et variâblo, marcâ per plusiors ères gllacières que modifiont son câdro de via. La France compte un nombro importent de bârmes ornâyes du Palèolitico supèrior, avouéc l'una de les ples cèlèbres a Lascaux en Dordogne, (u torn de 18 000 ans dev. ora). Vèrs 10 000 ans, a la fin de la darrièra èra gllacièra, lo climat s'adocét. A partir de 7000, l'Eropa occidentâla entre dens lo Nèolitico et sos habitents sè sèdentarisont, ben que l'èvolucion sêye difèrenta a l'encan de les règ·ions. Aprés un fôrt dèvelopement dèmografico et agricolo ès IVe et IIIe milènèros, la mètalurgie fât son aparicion a la fin du IIIe milènèro, d'abôrd avouéc lo travaly du fér u VIIIe sièclo. En 600 dev. J.-C., de Grècos origènèros de la vela de Focêa fondont la vela de Massalia, la futura Marsèlye, u bôrd de la Mèditèrranê ; a la mèma època, quârques poplos cèltos pènètront dens lo tèrritouèro de la France actuèla, mas ceta ocupacion ne sè gènèralise a la totalitât du tèrritouèro qu'entre los Ve et IIIe sièclos dev. J.-C. La nocion de Gôla, « ΓαλαTία » en grèco, aparèt alors ; ele corèspond ès tèrritouèros de poplament cèlto comprês entre lo Rin, les Pirènês, l'Atlantico et la Mèditèrranê. Los Hèbrèos l'apèlont « Tzarphat ». La Gôla est alors un payis prospèro avouéc sa partia mèridionâla de ples en ples somêsa a les enfluences grèques et romènes.

Vèrcing·ètorix jète les armes devant Cèsar, pentura de Lionel Royer, 1899.

A partir de 125 dev. J.-C., lo sud de la Gôla est pou a pou conquês per la Rèpublica romèna, que y fonde les veles d'Ax-en-Provence, Tolosa et Narbona. En 58 dev. JC, Julo Cèsâr sè rue a la conquèta de la rèsta de la Gôla, et venc en 52 dev. J.-C. una rèvolta menâye per lo chièf gôlês Vèrcing·ètorix a Alèsia (houé la vela d'Alise-Sainte-Reine en Borgogne). Los tèrritouèros novèlament conquês sont devesâs per Augusto en nôf provinces romènes, desquintes les principâles sont la Narbonêsa u sud, l'Aquitèna u sud-ouèst, la Liyonêsa u çantre et a l'èst, et la Bèlg·ique u nord. De nombrôses veles sont fondâyes durent la pèriôda galo-romèna, permi lesquintes Liyon en 43 dev. J.-C., que devindrat la capitâla de la Gôla romèna ; celes-lé sont conciues a l'émâge de les citâts romènes avouéc un forum, un tèâtro, un circo, un amfitèâtro et de tèrmos. La relig·ion romèna sè superpôse ès cultos gôlês sen los fâre disparètre, les divinitâts sè confondont pou a pou dens un mèmo sincrètismo. U IIIe sièclo, la Gôla romèna cognèt una crisa grâva, lo limes, frontièra fortifiâye que protèj·âve l'Empiro de les encursions barbares, est franchi a plusiôrs reprêses per los Barbaros. Lo povêr romen, pendent cetu temps, semble gangalar : un Empiro de les Gôles est proclamâ en 260 et èmâque a la tutèla romèna tant qu'en 274. Mas la situacion s'amèlyore dens la premièra mêtiât du IVe sièclo, qu'est una pèriôda de renovél et de prospèritât por la Gôla. En 312, l'emperor Constantin Iér sè convèrtét u cristianismo ; los crètiens, persècutâs tant qu'ique, sè multipliont. Mas les envasions barbares recomençont a partir de la segonda mêtiât du IVe sièclo ; lo 31 dècembro 406, los Vandalos, Suèvos et Alans franchéssont lo Ren et travèrsont la Gôla tant qu'en Èspagne. U mêten du Ve sièclo, los Alamans et los Francs, doux poplos payens, s'instâlont u nord-èst de la France d'ora et ègzèrçont una fôrta pression sur los gènèrôx romens que sont en pôsto dens lo nord-èst de la Gôla.