Boqueten

De Vouiquipèdia, l’enciclopèdia abada.
Aller à la navigation Aller à la recherche

Capra ibex • Estambèc

B down.svg Cél articllo est ècrit en arpetan supradialèctâl / ORB lârge. Lo blâson panarpetan


Lo boqueten[1],[2],[3] (Capra ibex) est un mamifèro de la famelye des bovidos, de l’ôrdre des artiodactilos et pués de la tribu des caprins de la sot-famelye des antilopins.

Dens les valâdes arpetanes du Piemont, diont pletout l’estambèc[3] (dèrivâ du nom étalien : lo stambecco). La femèla du boqueten s’apèle en arpetan l’ètagne[1].

Sôrta de chiévra sârvâge, ègziste dedens l’arc arpenc yô qu’il at mancâ disparêtre u XIXémo siècllo devant que bènèficiyér de programos de renfatâjos. Houé, l’èspèce est en defôr de dangiér. Les dèrriéres populacions naturâles de boquetens ègzistâvont en Étalia et en France, mas sè rencontre dês ora asse-ben en Suisse, en Alemagnes, en Ôtriche et pués en Slovènia.

N’èspèce prôche, lo boqueten ibèrico (Capra pyrenaica), ocupe la pèninsula ibèrica. Lo genro Capra est reprèsentâ per siéx ôtres èspèces presentes en Asia centrâla, u Moyen-Oriant et pués dens lo nord-èste de l’Africa, sont la chiévra du Côcaso (Capra caucasica), lo markhor (Capra falconeri), lo boqueten de Nubia (Capra nubiana), lo yanghir (Capra sibirica) et pués lo boqueten d’Abissinia (Capra walie). Des côps, la chiévra, Capra hircus, est difèrenciêe de son homologo sârvâjo, la chiévra sârvâge (Capra aegagrus ou ben C. hircus aegagrus).

Consèrvacion[changiér | changiér lo tèxto sôrsa]

Renfatâjo de l’èspèce dês l’Arpetania[changiér | changiér lo tèxto sôrsa]

Tant qu’u XIXémo siècllo, lo boqueten ére amôrto dedens un mouél de règ·ions de les Ârpes. En Valês, lo dèrriér boqueten est tuâ en 1809, en Vâl d’Aneviérs[4].

Les resèrves naturâles dedens lo cârro g·eografico de l’Arpetania érant brâvament importants por la sôvegouârda de cel’èspèce en dangiér. La dèrriére colonia de boquetens vivéve dedens lo parc nacionâl du Grant-Paradis en Vâl d’Aoûta, fêt en 1856 per lo rê piemontês-sârdo Victor-Èmanuèl II coment resèrva de chace reyâla et pués vegnu lo 3 de dècembro 1922 lo premiér parc nacionâl d’Étalia[5],[6]. Dês cela colonia, de novèles colonies sè sont enstalâyes pendent lo XXémo siècllo en Suisse et en France.

Un boqueten dedens lo parc nacionâl du Grant-Paradis.

En Suisse, los premiérs boquetens sont renfatâs en 1906 — per un transpôrt ilègâl dês lo parc nacionâl du Grant-Paradis[7] — dedens lo parc de vision Pierro et Pol a Sent-Gâl dens les Prèârpes suisses[8], qu’at portâ de colonies desus lo massis de montagnes du Säntis, en Apentsèl Rodes-de-Dedens pués Apentsèl Rodes-de-Defôr dês 1955,[9] et en Gresons. Yona de les més grantes colonies de boquetens dedens les Ârpes ègziste enqu’houé sus la chêna de montagnes du piz Languard u levant de Pontresina en Engadina[10]. Dês 1920, na colonia est renfatâye dedens lo parc nacionâl suisso en Engadina-Bâssa[11].

Dens los ans 1920, l’èspèce est renfatâye en Hiôta Comba de Bâgne, qu’est houé na resèrva naturâla en Valês[12].

En Savouè, lo parc nacionâl de la Vanouèsa est fêt en 1963 por la protèccion des boquetens, que sont vegnus dês la règ·ion vesena du Grant Paradis en Môrièna.

Dês los ans 1960, des boquetens vivont étot dessus lo massis du Jura, en la resèrva naturâla du Crox-du-Van sus la frontiére entre-mié los cantons de Nôchâtél et de Vôd.[13].

Vêre avouéc[changiér | changiér lo tèxto sôrsa]

Bibliografia[changiér | changiér lo tèxto sôrsa]

  • (fr) Marcel A. J. Couturier, « Le bouquetin des Alpes, Capra aegagrus ibex ibex L. », Grenoblo, 1962.
  • (fr) Hutter Pierre, « Chamois et Bouquetins », 1989.
  • (fr) « Les 100 ans du bouquetin dans les Alpes suisses. Une réintroduction réussie », dedens Les Alpes (gazèta du Clube arpenc suisso), 2006.
  • (fr) Ferdinand Fenoil, « Le Roi Chasseur et les Bouquetins de la Vallée d'Aoste », Vela, 1878.
  • (fr) B. Guichardaz, « Mémoire sur les Bouquetins », Vela, 1850.
  • (fr) L. Lavauden, « Le Bouquetin des Alpes. Recherches zoologiques, historiques et cynégétiques. (Etudes sur la faune alpine) », dedens Bulletin de la société Dauphinoise d’études biologiques, vol. IV, Grenoblo, 1912.
  • (de) Marcel A. J. Couturier, « Der Steinbock in der Schweiz », dedens Les Alpes (gazèta du Clube arpenc suisso), 1964.

Articllos liyês[changiér | changiér lo tèxto sôrsa]

Lims de defôr[changiér | changiér lo tèxto sôrsa]

Notes et rèferences[changiér | changiér lo tèxto sôrsa]

Lo logô de Commons
Wikimedia Commons propôse de documents multimèdiâ sus los boquetens.

Notes[changiér | changiér lo tèxto sôrsa]

Vocabulèro[changiér | changiér lo tèxto sôrsa]

Rèferences[changiér | changiér lo tèxto sôrsa]

  1. 1,0  et 1,1(frp) Nicolas Gey, « Los noms de les bétyes en arpitan », Sié, Arpitania, 2015, pp. 8 et 24 [→ Boqueten et Ètagne].
  2. (fr) « Gllossèro des patouès de la Suisse romanda », Nôchâtél, 1924-2018, vol. II, p. 642. Liére en legne : BOUQUETIN, bokètin.
  3. 3,0  et 3,1(frp) « boquètin, boquètins » dedens lo Trèsor Arpetan (fôrma corregiêe : d’aprés lo lévro « Los noms de les bétyes en arpitan »).
  4. (de) « Das letzte Asyl des Alpensteinbocks », dedens Jahrbuch der St. Gallischen Naturwissenschaftlichen Gesellschaft, vol. 67, 1933–1934, p. 149.
  5. (fr) J. Pampanini, « Le Parc National du Grand Paradis », dedens Augusta Praetoria, 1920, pp. 62-83.
  6. (it) Micol Passariello, « I 100 anni del Parco del Gran Paradiso: nell’ex riserva di caccia del re ora regna lo stambecco », dedens La Repubblica, 14 de fevriér 2022.
  7. (it) « Cent’anni fa lo stambecco veniva reintrodotto in Svizzera », sus lo seto swissinfo.ch, 22 de jouin 2020.
  8. (de) Marco Giacometti, « Von Königen und Wilderern. Die Rettung und Wiederansiedlung von Alpensteinbocks », 2006.
  9. Peter Meile : Die Steinwildkolonie am Alpstein. 2015.
  10. (de) « Pontresina Steinbock-Paradies », sus lo seto pontresina.ch.
  11. (de) « Steinbock », sus lo seto nationalpark.ch.
  12. (fr) « La réserve du Haut Val de Bagnes », sus lo seto valdebagnes.ch.
  13. (fr) « Creux-du-Van. Réserve naturelle », sus lo seto creuxduvan.com.