L’Entèrnacionâla

De Vouiquipèdia, l’enciclopèdia abada.
Aller à la navigation Aller à la recherche

B down.svg Cél articllo est ècrit en arpetan supradialèctâl / ORB lârge. Lo blâson panarpetan


Premiére publecacion en francês de l'Entèrnacionâla. Composâye per Pierre Degeyter avouéc les paroles ècrites en 1871 per Eugène Pottier.
L'Entèrnacionâla (Enstrumental) :
L'Entèrnacionâla (Russo) :

L'Entèrnacionâla est un chant rèvolucionèro que les paroles ant étâ ècrites per Eugène Pottier en 1871 durent la rèprèssion de la Comena de Paris, sot fôrma d'un poèmo a la gllouère de l'Entèrnacionâla ovriére, et que la musica at étâ composâye per lo bèlge Pierre Degeyter a Lila en 1888.

Traduita dens de franc nombroses lengoues, L'Entèrnacionâla est lo chant simbolo des lutes sociales a travèrs lo mondo. El est chantâye per los socialistos (u sens premiér du tèrmeno), los anarchistos, los comenistos mas asse cèrtins membros des partis déts socialistos ou socials-dèmocratos et de sûr per des sindicats de gôche, et pués dens des manifèstacions populères.

La vèrsion russa d'Arkadi Iakovlevitch Kots at sèrvi d'himno nacionâl a la Rèpublica socialista fèdèrativa soviètica de Russie, pués a l'Union des rèpubliques socialistes soviètiques (URSS) de sa crèacion en 1922 tant qu'en 1944.

Histouère[changiér | changiér lo tèxto sôrsa]

Lo poèmo[changiér | changiér lo tèxto sôrsa]

A l'origina, il s'est agi d'un poèmo a la gllouère de l'Entèrnacionâla ovriére, ècrit per l'ôtor, composior, entèrprèto, et poèto Eugène *Pottier, cachiê a Paris en jouin 1871, en plêna rèprèssion de la Comena — sot qu'il at étâ mère du 2nda arrondissement.

L'histouère de ceti poèmo et de son ôtor est gllètâye a cela des *goguettes. En 1883, Eugène Pottier presente una chançon u concors de la *goguette de la "Lice chansonnière" et rempôrte la medalye d'argent. Il retrove a ceta ocasion l'ôtor, composior, et entèrprèto Gustave Nadaud qu'il at crouesiê en 1848 et a que il avêt alor fêt una fôrta emprèssion. A côsa de ceta novèla encontra, una cinquantêna de chançons de Pottier est publeyêe por lo premiér côp en 1884 et sôvâ de l'oubli per Nadaud qu'admire brâvament son tâlent poètico tot en étent franc luen de partagiér ses opinions politiques.

L'iniciativa de Nadaud encite los amis politicos de Pottier a publeyér en 1887 sos Chants rèvolucionèros avouéc una prèface d'Henri Rochefort. U nombro de cetos-ce figure L'Entèrnacionâla. Sen la "Lice chansonnière" et Nadaud, ceti chant rèvolucionèro cèlèbro et les ôtres ôvres de Pottier serant houé oubliâyes.

L'Entèrnacionâla est dèdiêe u règent anarchisto Gustave Lefrançais.

La musica[changiér | changiér lo tèxto sôrsa]

L'historien Robert Brécy endique :

« Ben lèf Pottier, come lo font la plepârt des poètos ôtor, composior, et entèrprèto, avêt ècrit ses paroles avouéc un timbro en téta (probâblament La Marselyêsa, qu'at la méma copa), mas il l'at pas prècisâ. »

En 1888, un an aprés la premiére èdicion emprimâ des paroles, la corala de Lila du Parti ovriér demanda a yon de sos membros, Pierre Degeyter, de composar una musica originâla por L'Entèrnacionâla. Lo 23 de julyèt 1888, por lo premiér côp, la corâla de la Lira des Travalyors, rèunia dens la gargota La Libèrtât roue de la *Vignette a Lila, dens lo quartiér populèro Sant-Sôvor, entèrprète lo chant sur l'êr novél de Degeyter. Sa particion est publeyêe en 18899.

Dês 1900, l'anarchisto italien Sante Ferrini, entremâ dens la forterèsse de Narni, entend por lo premiér côp ceti chant rèvolucionèro : « Celi que chantâve, un dètenu de Bielle, avêt aprês l'himno de Pottier a Paris [...] O est donc en acutant ceti dètenu que, dens ceti châtél de la fam, de yô on ne devêt sortir que môrts ou, pir adés, tâls des esquelètes viventes, por lo premiér côp los prêsoniérs politicos ant entendu l'Entèrnacionâla. »

Lo succès[changiér | changiér lo tèxto sôrsa]

Dês 1904, L'Entèrnacionâla, aprés avêr étâ utilisâye por lo congrès d'Amstèrdame de la IIe Entèrnacionâla, vint l'himno des travalyors rèvolucionèros que vôlont que lo mondo « change de bâsa », lo chant tradicionâl més cèlèbro du mouvement ovriér.

L'Entèrnacionâla at étâ traduita dens de nombroses lengoues. Per tradicion, celos que la chantont lèvont lo brès en cllôsent lo poueng. El est chantâye per los socialistos (u sens premiér du tèrmeno), los anarchistos, los comenistos mas asse cèrtins membros des partis déts socialistos ou socials-dèmocratos et de sûr per des sindicats de gôche, et pués dens des manifèstacions populères. O at étâ mémament l'himno d'enscripcion de la rèvolta des ètudiants et des travalyors sur la place Tian'anmen en 1989.

L'Entèrnacionâla at étâ l'himno nacionâl de l'URSS (dens una vèrsion la plepârt du temps at betâ defôr de la cinquiéma strofa) tant qu'en 1944. El est tojorn l'himno de la majoritât des organisacions anarchistes, marxistes ou comenistes.

Més târd, cèrtênes bendes anarchistes ant utilisâ més volontiér l'adaptacion qu'at nom L'Entèrnacionâla nêre.

Dens de nombrox payis d'Eropa, ceti chant at étâ ilègal durant des anâs porce que son émâge comenista et anarchista et des idês rèvolucionères qu'il fesêt l'apologie.

En oût 1894, l'èditor Armand Gosselin est condanâ per la Cort d'asséses a un an de prêson cllôt por avêr publeyê lo tèxto de l'Entèrnacionâla, acusâ por la cinquiéma strofa dét « des gènèrals ».

Lo tribunal corrèccionèl de Mulhouse, envèsti per des policiérs armâs et portant des câscos, juge lo 24 de mê 1973 lo mensuèl alzacien Klapperstei 68 porsiuvu por « provocacion de militères a la dèsobeyissence, enjures publiques envers l'armâ et provocacion a quitar l'armâ sen ôtorisacion» per la publecacion d'un articllo antimilitèro titrâ de vèrms de la cinquiéma strofa de l'Entèrnacionâla.

En France, lo Parti socialisto remplace L'Entèrnacionâla per son prôpro himno durent les fins de congrès dês celi de Valence en 1981 ; el est rèentroduita durent lo congrès de Lila de 1987.

Rèfèrences[changiér | changiér lo tèxto sôrsa]

Dens lo roman de George Orwell La Fèrma des bétyes, racontant de maniére alègorica l'histouère de la rèvolucion russa sot cuvèrt de racontar una rèvolucion de bétyes, L'Entèrnacionâla est contrefête sot lo nom de Beasts of England et la pèrta des principos originâls de la rèvolucion ovriére est reprèsentâye per la falsificacion progrèssiva des tèxtos rèvolucionèros per la novèla èlita.

Drêts d'ôtor[changiér | changiér lo tèxto sôrsa]

Lo poèmo d'Eugène Pottier (môrt en 1887) est entrâ dens lo bien publico, a priori pertot diens lo mondo.

En France, la musica (composâye en 1888 per Pierre Degeyter, dècèdâ en 1932) est entrâye dens lo bien publico que lo 30 de septembro 2017, aprés la durâ lègâla de 70 ans d'aprés lo dècès de l'ôtor et 14 anâs et 272 jorns suplèmentèros dus ux prolongements de guèrra. En 2005, lo productor Les Pèlicules sarvâges at spècialament étâ metua en demora per la SDRM (Sociètât por l'administracion du drêt de reproduccion mècanica des ôtors composiors et èditors) de payér una soma de 1000 uros u titro du drêt d'ôtor, a côsa d'una scèna de la pèlicula Ensurrèccion rèsurrèccion pendent que l'actor et rèalisator Pierre Merejkowsky sublote L'Entèrnacionâla pendent 7 *secondes24. Ux Ètats-*Unis25 et dens la plepârt des payis, spècialament de l'Union eropèèna, la musica de l'Entèrnacionâla ére ja entrâye dens lo bien publico a ceta dâta.

Premiére vèrsion cognessua[changiér | changiér lo tèxto sôrsa]

Una vèrsion manuscrita du poèmo ègziste, més anciana que la vèrsion finala emprimâ en 1887. El at étâ publeyêe en 1990 per Robert Brécy :

Arpetan Lengoua d’oly francilien (tèxto originâl)
Strofa 1 :

De pouenta ! l'ârma du prolètèro

Travalyors, assemblens-nos enfin.

De pouenta ! los danâs de la tèrra !

De pouenta ! los travalyors forciês de la fam !

Por vencre la dèche et l'ombra

Fôla èscllâva, de pouenta ! de pouenta !

O est nos lo drêt, o est nos lo nombro :

Nos qu'érens pas ren, seyens tot :

Refren :

O est la luta finala

Assemblens-nos et deman

L'Entèrnacionâla

Serat lo genro humen :

Strofa 2 :

Il est pas de sôvors suprèmos :

Ni Diô, ni Cèsâr, ni Tribun.

Travalyors, sôvens-nos nos-mémos ;

Travalyens u salut comon.

Por que los lârros rebalyont gôrge,

Por teriér l'èsprit de la prêson,

Alumens noutra granta fôrge !

Batens lo fèr quand il est chôd !

Refren

Strofa 3 :

Los Rês nos rendiant fiolo de fumiéres

Pèx entre nos ! guèrra ux Tirans !

Apliquens la chôma ux armâs

Crosse en l'êr ! et rontens los rengs !

Bandit, prince, èxplouètor ou prétre

Que vit de l'homo est criminèl ;

Noutron ènemi, o est noutron mêtre :

Vê-que lo mot d'ôrdre ètèrnèl.

Refren

Strofa 4 :

L'engrenâjo adés vat nos tôrdre :

Lo capitâl est trionfant ;

La mitralyosa fât de l'ôrdre

En chaplant la fèna et l'enfant.

L'usura fôla en ses colères

Sur noutros cadâvros broulâs

Sôda a la chôma des Gagnâjos

La chôma des assassinâs.

Refren

Strofa 5 :

Ovriérs, Payisans, nos sens

Lo grant parti des travalyors.

La tèrra n'est qu'ux homos.

L'endolent irat logiér alyor.

O est de noutres chèrns qu'ils sè nurréssont !

Se los corbéls se los vôtours

Yon de cetos matins disparêssont …

La Tèrra tornerat tojorn.

Refren

Strofa 6 :

Qu'enfin lo passâ s'englotésse !

Qu'un genro humen transfigurâ

Sot lo cièl cllâr de la Justice

More avouéc l'èpi dorâ !

Crend pas més los nids de chenelyes

Que gâtâvont l'âbro et sos produits

Travâly, ètend sur noutres famelyes

Tos raméls tôs rojos de fruits !

Refren

Couplet 1 :

Debout ! l'âme du prolétaire

Travailleurs, groupons-nous enfin.

Debout ! les damnés de la terre !

Debout ! les forçats de la faim !

Pour vaincre la misère et l'ombre

Foule esclave, debout ! debout !

C'est nous le droit, c'est nous le nombre :

Nous qui n'étions rien, soyons tout :

Refrain :

C’est la lutte finale

Groupons-nous et demain

L’Internationale

Sera le genre humain :

Couplet 2 :

Il n’est pas de sauveurs suprêmes :

Ni Dieu, ni César, ni Tribun.

Travailleurs, sauvons-nous nous-mêmes ;

Travaillons au salut commun.

Pour que les voleurs rendent gorge,

Pour tirer l’esprit du cachot,

Allumons notre grande forge !

Battons le fer quand il est chaud !

Refrain

Couplet 3 :

Les Rois nous saoulaient de fumées

Paix entre nous ! guerre aux Tyrans !

Appliquons la grève aux armées

Crosse en l’air ! et rompons les rangs !

Bandit, prince, exploiteur ou prêtre

Qui vit de l'homme est criminel ;

Notre ennemi, c'est notre maître :

Voilà le mot d'ordre éternel.

Refrain

Couplet 4 :

L'engrenage encor va nous tordre :

Le capital est triomphant ;

La mitrailleuse fait de l'ordre

En hachant la femme et l'enfant.

L'usure folle en ses colères

Sur nos cadavres calcinés

Soude à la grève des Salaires

La grève des assassinés.

Refrain

Couplet 5 :

Ouvriers, Paysans, nous sommes

Le grand parti des travailleurs.

La terre n’appartient qu’aux hommes.

L'oisif ira loger ailleurs.

C'est de nos chairs qu'ils se repaissent !

Si les corbeaux si les vautours

Un de ces matins disparaissent …

La Terre tournera toujours.

Refrain

Couplet 6 :

Qu'enfin le passé s'engloutisse !

Qu'un genre humain transfiguré

Sous le ciel clair de la Justice

Mûrisse avec l'épi doré !

Ne crains plus les nids de chenilles

Qui gâtaient l'arbre et ses produits

Travail, étends sur nos familles

Tes rameaux tout rouges de fruits !

Refrain

Vèrsion finala[changiér | changiér lo tèxto sôrsa]

Arpetan Lengoua d’oly francilien (tèxto originâl)
Strofa 1 :

De pouenta ! los danâs de la tèrra !

De pouenta ! los travalyors forciês de la fam !

La rêson tone en son cratèro,

O est l'èrupcion de la fin.

Du passâ fesens tâbla râse,

Châla èscllâva, de pouenta ! de pouenta !

Lo mondo vat changiér de bâsa :

Nos sens pas ren, seyens tot !

Refren : (2 côps sur doux êrs difèrents)

O est la luta finala

Assemblens-nos, et deman,

L'Entèrnacionâla,

Serat lo genro humen.

Strofa 2 :

Il est pas de sôvors suprèmos,

Ni Diô, ni Cèsâr, ni tribun,

Productors sôvens-nos nos-mémos !

Dècrètens lo salut comon !

Por que lo lârro rebalye gôrge,

Por teriér l'èsprit de la prêson,

Sofllens nos-mémos noutra fôrge,

Batens lo fèr quand il est chôd !

Refren

Strofa 3 :

L'Ètat ècrase et la louè triche,

L'emposicion sagne lo mâlherox ;

Baban devêr s'empôse u recho,

Lo drêt du pouvro est un mot crox.

O est prod lenguir en tutèla,

L'ègalitât vôt d'ôtres louès :

« Pas de drêts sen devêrs, dit-el,

Ègâls, pas de devêrs sen drêts ! »

Refren

Strofa 4 :

Franc lèdo dens lor honors,

Los rês de la mina et du râlye,

Ant-ils jamés fêt ôtro chousa,

Que dèvalisar lo travâly ?

Dens les ârches-fôrtes de la benda,

Cen qu'il at crèâ s'est fondu.

En dècrètant qu'on lo lui rebalye,

Lo poplo ne vôt que son dû.

Refren

Strofa 5 :

Los Rês nos rendiant fiolos de fumiéres,

Pèx entre nos, guèrra ux tirans !

Apliquens la chôma ux armâs,

Crosse en l'êr et rontens los rengs !

Se ils s'obstinont, cetos canibalos,

A fâre de nos des hèrôs,

Ils saront ben-tout que noutres bâles

Sont por noutros prôpros gènèrals.

Refren

Strofa 6 :

Ovriérs, Payisans, nos sens

Lo grant parti des travalyors ;

La tèrra n'est qu'ux homos,

L'endolent irat logiér alyor.

Comben de noutres chèrns sè nurréssont !

Mas se los corbéls, los vôtours,

Yon de cetos matins disparêssont,

Lo solely brilyerat tojorn !

Refren

Couplet 1 :

Debout ! les damnés de la terre !

Debout ! les forçats de la faim !

La raison tonne en son cratère,

C’est l’éruption de la fin.

Du passé faisons table rase,

Foule esclave, debout ! debout !

Le monde va changer de base :

Nous ne sommes rien, soyons tout !

Refrain : (2 fois sur deux airs différents)

C’est la lutte finale

Groupons-nous, et demain,

L’Internationale,

Sera le genre humain.

Couplet 2 :

Il n’est pas de sauveurs suprêmes,

Ni Dieu, ni César, ni tribun,

Producteurs sauvons-nous nous-mêmes !

Décrétons le salut commun !

Pour que le voleur rende gorge,

Pour tirer l’esprit du cachot,

Soufflons nous-mêmes notre forge,

Battons le fer quand il est chaud !

Refrain

Couplet 3 :

L’État comprime et la loi triche,

L’impôt saigne le malheureux ;

Nul devoir ne s’impose au riche,

Le droit du pauvre est un mot creux.

C’est assez languir en tutelle,

L’égalité veut d’autres lois :

« Pas de droits sans devoirs, dit-elle,

Égaux, pas de devoirs sans droits ! »

Refrain

Couplet 4 :

Hideux dans leur apothéose,

Les rois de la mine et du rail,

Ont-ils jamais fait autre chose,

Que dévaliser le travail ?

Dans les coffres-forts de la bande,

Ce qu’il a créé s’est fondu.

En décrétant qu’on le lui rende,

Le peuple ne veut que son dû.

Refrain

Couplet 5 :

Les Rois nous saoûlaient de fumées,

Paix entre nous, guerre aux tyrans !

Appliquons la grève aux armées,

Crosse en l’air et rompons les rangs !

S’ils s’obstinent, ces cannibales,

À faire de nous des héros,

Ils sauront bientôt que nos balles

Sont pour nos propres généraux.

Refrain

Couplet 6 :

Ouvriers, Paysans, nous sommes

Le grand parti des travailleurs ;

La terre n’appartient qu’aux hommes,

L'oisif ira loger ailleurs.

Combien de nos chairs se repaissent !

Mais si les corbeaux, les vautours,

Un de ces matins disparaissent,

Le soleil brillera toujours !

Refrain

Sôrsa[changiér | changiér lo tèxto sôrsa]

Traduccion de la vèrsion francêsa dens sa vèrsion du 7 de Mê 2022 : https://fr.wikipedia.org/wiki/L%27Internationale

Vêre asse[changiér | changiér lo tèxto sôrsa]

Acutar l'entèrnacionâla (en francês) : https://www.youtube.com/watch?v=IcS_sjbJNDI