De rerum natura

De Vouiquipèdia, l’enciclopèdia abada.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
B down.svg Cél articllo est ècrit en arpetan supradialèctâl / ORB lârge. Lo blâson panarpetan


De rerum natura, 1570

De rerum natura (en arpetan : De la natura de les chouses), quâsi tot lo temps apelâ De natura rerum, est un grant poèmo en lengoua latina du poèto filosofo latin Lucrècio, que vivéve u premiér siècllo devant noutron èra. Composâ de siéx lévros qu’ant dedens 7 400 hègzamètros dactilicos, mètro cllassico empleyê tradicionalament por lo genro èpico, constitue na traduccion de la doctrina d’Èpicuro.

Lo poèmo sè presente coment una tentativa d’« ècllapar los fôrts vèrrolys de les pôrtes de la natura », cen vôt dére de fâre vêre u liésor la natura du mondo et des fenomènos naturèls. D’aprés Lucrècio, que s’enscrit dedens la tradicion èpicurièna, cela cognessence du mondo dêt pèrmetre a l’homo de sè libèrar du fèx de les supèrsticions, notament religioses, que constituont tant d’encoblos qu’empachont châcun d’avengiér l’ataraxia, cen vôt dére la tranquilitât de l’ârma. « Y at de sûr gins de ples brâvo poèmo scientifico que lo De Natura Rerum. » cen deséve Bayet.

L’èpicurismo dens la Roma antica[changiér | changiér lo tèxto sôrsa]

Ben que cognéssont pou de chouses sur la via de Lucrècio et pués mémo se des dôbtos réstont por cen qu’est lo temps uquint vivéve, pôvont comprendre qu’o ére una pèrioda de troblos politicos, marcâye per des massacros (massacros de Marius), des dictatures (Silâ, dês -82 tant qu’a -79), des rebênes d’èscllâvos durament rèprimâyes (rebêna de Spartacus, dês -73 tant qu’a -71), ou ben adés tot plen de guèrres violentes.

L’histouère de Roma est marcâye a cél temps per una crise de les valors tradicionâles, coment cela de la grant-idê de virtus prônont lo corâjo, la loyôtât et la moderacion, que sè trôve sovent mèprisiêe et dèdéta. Portant cela grant-idê, sotegnua per los stôiciens, avéve tant qu’ique cimentâye la sociètât.

D’alyor, l’enfluence de la cultura grèca sur la cultura romêna est des côps vivua coment un revenjo des vencus (Grècos) sur los vencors (Romens), cen qu’èxplique la rèsistence rencontrâye per celos qu’èprovéront d’èpatar la doctrina èpicurièna a Roma. Mas celes rèsistences ant pas empachiê la doctrina èpicurièna de s’èpatar, notament dedens lo mondo nôblo, et ples particuliérement dedens la règ·ion de la Campania. Lo novél de Lucrècio, coment lo bete en valor Cicèron, est d’èpatar cela doctrina desot la fôrma d’una brâva poèsia, et pas, d’aprés los tèrmos de Cicèron, « sen gins d’ârt », « sen prècision, sen ôrdre et pués sen ornament », coment l’avévont fêt tant qu’ique los prèdècèssors de Lucrècio.

D’Èpicuro a Lucrècio : la nocion de traduccion[changiér | changiér lo tèxto sôrsa]

Lucrècio at pas la prètencion de lanciér de novéls concèpts, mas de traduire Èpicuro, cen vôt dére, d’aprés la vielye dèfinicion du mot traducere, de balyér lo sistèmo èpicurien, adonc viely per-que doux siècllos. O est notâblo qu’u moment des troblos politicos, o est la doctrina de l’èpicurismo, que prône un replê avouéc sè por èchapar a les pèrturbacions de la politica, que sè bete a prèvalêr sur cela du stôicismo, qu’en apelâve arriér-més a la participacion (meserâye et a bon èscient) du sâjo a les afâres de la citât.

L’originalitât subvèrsiva d’Èpicuro, de son temps, ére de glorifiar l’endividualismo drêt que les ôtres doctrines èlevâvont la « vèrtu » — que passâve per les afâres publiques, ou ben du muens los lims avouéc los ôtros citoyens — en qualitât morâla endispensâbla. Èpicuro refuse cél idèalismo morâl, en afirment que lo bonhor est fêt ren que d’absence de dolor et de troblos. « Cracho sur la moralitât et pués sur les carcanes admiracions que lyé balyont, quand fât gins de plèsir » cen dècllâre-t-il. Lo principâl critèro de veretât de sa doctrina est vêre la sensacion, et la morâla at por fin de dèfenir los moyens d’arrevar durâblament u plèsir. Por cen qu’est la fesica, dêt dissipar los « tèrrors et la nuet nêre de l’èsprit ».

Lo stilo d’Èpicuro ére d’una tècnicitât qu’en rendéve la lèctura mâlésiêe. Dens sa traduccion de cen qu’il apèle lui-mémo un « sujèt obscur », Lucrècio rèstitue desot una fôrma poètica cen qu’il at possu teriér de tèxtos de son mêtro : o est un imitator originâl, sen loquint la doctrina èpicurièna serêt pôt-étre pas étâye promêsa a l’avegnir qu’ele at cognu.

Lo rolo de Lucrècio dens la difusion de la doctrina èpicurièna est d’atant ples grant que quârques pouents de la doctrina d’Èpicuro figurâvont pas dedens los tèxtos de ceti qu’ant possu étre consèrvâs : d’ense lo concèpt de cllinamen ou ben « dècllinèson », dèviacion minimon des atomos qu’èxplique la formacion du mondo et de la matiére, sè trôve ren que dedens lo De natura rerum. Et ben sûr, cél concèpt est particuliérement important puésque, pas content de formular la constitucion d’un mondo feni dedens l’univèrs enfeni, garantét la libèrtât de l’homo, son èlan vitâl, ben que la dèviacion minimon et spontanâye que subéssont los atomos est règiêe per l’hasârd, et pas per un sé-quint dètèrmenismo.