Crèdô

De Vouiquipèdia, l’enciclopèdia abada.
Aller à la navigation Aller à la recherche
B down.svg Cél articllo est ècrit en arpetan supradialèctâl / ORB lârge. Lo blâson panarpetan


Lo Crèdô[1] (en latin : « crèyo ») dèsigne la vèrsion latina du « Simbolo » empleyêe vers difèrentes Églléses crètiènes : Credo in unum Deum (« Crèyo en un solèt Diô »).

Crèdôs ècumènicos[changiér | changiér lo tèxto sôrsa]

Lo Simbolo de Nicèa-Constantinoplo[changiér | changiér lo tèxto sôrsa]

Articllo dètalyê : Simbolo de Nicèa-Constantinoplo.

La vèrsion Simbolo de Nicèa-Constantinoplo, premiére vèrsion du Crèdô, est étâye prèparâye pendent doux concilos concèrnâs, celi de Nicèa (325) et pués celi de Constantinoplo (381). Mas quârques spècialistos pêsont que lo tèxto fut prèparâ a Jèrusalêm[2],[3]. Cela vèrsion du Crèdô est oficièla dês 1014 dens la liturgia de l’Égllése[4]. Lo tèxto d’ora fut oficièlament fixâ, dês la publecacion du lévro de mèssa romen rèvisâ (1570) desot lo pontificat de Pio V, aprés lo concilo de Trent[5].

Celi de la liturgia catolica latina est ceti :

« Credo in unum Deum, Patrem omnipoténtem, factόrem cæli et terræ, visibílium όmnium, et invisibílium.
Et in unum Dόminum Iesum Christum, Fílium Dei unigénitum. Et ex Patre natum ante όmnia sæcula. Deum de Deo, lumen de lúmine, Deum verum de Deo vero. Génitum, non factum, consubstantiálem Patri : per quem όmnia facta sunt. Qui propter nos hόmines, et propter nostram salútem descéndit de cælis. Et incarnátus est de Spíritu Sancto ex María Vírgine : et homo factus est. Crucifíxus étiam pro nobis : sub Pόntio Piláto passus, et sepúltus est. Et resurréxit tértia die, secúndum Scriptúras. Et ascéndit in cælum : sedet ad déxteram Patris. Et íterum ventúrus est cum glόria iudicáre vivos, et mόrtuos : cuius regni non erit finis.
Et in Spíritum Sanctum, Dόminum, et vivificántem : qui ex Patre, Filiόque procédit. Qui cum Patre, et Filio simul adorátur, et conglorificátur : qui locútus est per Prophétas.
Et unam, sanctam, cathόlicam et apostόlicam Ecclésiam. Confíteor unum baptísma in remissiόnem peccatόrum. Et expécto resurrectiόnem mortuόrum. Et vitam ventúri sǽculi. Amen.
 »

La traduccion en arpetan (empleyêe dens la liturgia catolica) est ceta :

« Crèyo en un solèt Diô, lo Pâre tot-pouessient, crèator du cièl et de la tèrra, de l’univèrs visiblo et envisiblo.
Crèyo en un solèt Sègnor, Jèsus-Crist, lo Fily solèt de Diô, nèssu du Pâre devant tôs los siècllos ; il est Diô, nèssu de Diô, lumiére, nèssua de la lumiére, veré Diô, nèssu du veré Diô. Engendrâ, nan pas crèâ, de méma natura que lo Pâre, et per lui tot est étâ fêt. Por nos ôtros los homos, et por noutron salut, dèvalat du cièl ; per l’Èsprit-Sant, il at prês chèrn de la Vièrge Maria, et pués s’est fêt homo. Crucifiyê por nos ôtros desot Poncio Pilato, sofressét sa passion et pués fut betâ a la tomba. Rèssuscitat lo trêsiémo jorn, d’aprés les Ècritures, et pués montat u cièl ; il est assietâ a la drêta du Pâre. Tornerat dens la gllouère, por jugiér los vivents et los môrts; et son règno arat gins de fin.
Crèyo en l’Èsprit-Sant, qu’est Sègnor et que balye la via ; vint du Pâre et du Fily. Avouéc lo Pâre et lo Fily, recêt mém’adoracion et méma gllouère ; il at prègiê per los profètos.
Crèyo en l’Égllése, yona, santa, catolica et apostolica. Recogno un solèt bâptèmo por lo pardon des pèchiês. J’ategno la rèsurrèccion des môrts, et pués la via du mondo a vegnir. Amen. »

En 2018, la Confèrence des èvècos de France votat un changement d’una partia de cela vèrsion du Crèdô, et se Roma l’apoye, un novél lévro de mèssa serat publeyê pendent l’Avent 2019 avouéc cél changement que remplacierat « de méma natura que lo Pâre » per « consubstancièl u Pâre »[6].

Notes et rèferences[changiér | changiér lo tèxto sôrsa]

Notes[changiér | changiér lo tèxto sôrsa]

Vocabulèro[changiér | changiér lo tèxto sôrsa]

Rèferences[changiér | changiér lo tèxto sôrsa]

  1. (fr) Rogiér Virèt, « Dikchonéro Fransé - Savoyâ - Dictionnaire Français - Savoyard » [PDF], 8éma èdicion reviua et ôgmentâye, mârs 2021, p. 966.
  2. (fr) Eugène de Montalembert et Claude Abromont, Guide des genres de la musique occidentale, , 1416 p. (ISBN 978-2-213-66329-6, en legne), p. 184.
  3. (fr) Michel Huglo (viely mouéno de Solesmes), Dictionnaire de la Musique. Science de la Musique : technique, formes, instruments, « Credo », Éditions Bordes, Paris, 1976.
  4. (fr) Louis Moréri, Le grand dictionnaire historique ou le mélange curieux de l’histoire sacrée et profane, , 944 p. (en legne), p. 508.
  5. (fr) Eugène Cardine, « Vue d’ensemble sur le chant grégorien », Abayie Sent-Pierro, Solesmes, 2002, 31 p. (ISBN 978-2-85274-236-9), p. 23.
  6. (fr) « Une nouvelle traduction du Missel romain pour l’Avent 2019 », dessus rcf.fr, (viu lo 8 de novembro 2018).