Cél qu’est lé-’n-hôt

De Vouiquipèdia, l’enciclopèdia abada.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
B down.svg Cél articllo est ècrit en arpetan supradialèctâl / ORB lârge. Lo blâson panarpetan


Cél qu’est lé-’n-hôt sus papiér.

Cél qu’est lé-’n-hôt (Anciena grafia: Cé qu'è lainô) est l’himno de la Rèpublica et Canton de Geneva. L’himno fut composâ en 1603 et complètament en lengoua arpetana de Geneva.

Parôles[changiér | changiér lo tèxto sôrsa]

Fragment de l'ancienne CHANSON SUR L'ESCALADE DE GENÈVE
Patois des environs de Genève


Ce qu'è laino, le Maîtrè dé bataillé
Cél qu'est l'en-hôt, le Mêtre des batalyes,
Que se moqué et se ri dé canaillé,
Que sè moque et sè rit des canalyes,
A bein fai vi pe on desando nay
At ben fêt vér per un dessando nuet
Qu'il étivé patron dé Genevois.
Qu'il étéve patron des Genevouès.


Y sont vegnu le doze de dessambro,
Ils sont vegnus le doze de dècembro,
Per onna nay asse naire que d'ancro ;
Per una nuet asse nêre que d'encro ;
Y étivé l'an mille si san et dou,
Il étéve l'an mile siéx cent et doux,
Qu'y veniron parla on pou troi toû.
Qu'ils vegnéront parlar un pou trop tout.

Pé onna nay qu'étivé la pe nairé,
Per una nuet qu'étéve la ples nêre,
Y veniron, y n'étai pa pé bairé ;
Ils vegnéront, il n'étêt pas por bêre ;
Y étivé pé pilli noutre maison,
Il étéve por pilyér noutres mêsons,
Et no tüa sans aucuna rayson.
Et nos tuar sen ôcuna rêson.


Petis et grans ossis-en sevegnancé,
Petits et grands usséds-en sovegnance,
Pé on matin d'onna bella demanzé demanzé : le [ð], difficile à rendre, est donc transcris z.
Per un matin d'una bèla demenge
Et pé on zeur qui fassivé bein frai,
Et per un jorn qu'il fasséve ben frès,
Sans le bon Dy nos étivon tos pray.
Sen lo bon Diô nos étévons tôs prês.


On vo dera qu'étai celeu canaillé ?
On vos derat : qui étêt celœr canalyes ?
Lou Savoyar contré noutre mouraillé,
Los Savoyârds contre noutres muralyes,
Trai étiellé on dressie et planta,
Três èchiéles ont drèciê et plantâ,
Et par iqué dou san y sont monta.
Et per iqué doux cents y sont montâs.


Etant entra, vegniron u Cour-de-garda, Cour-de-garda : de la Porte Neuve, au sud-ouest de la ville.
Étent entrâs, vegnéront u Côrp-de-gouârda,
Yô y firon onna ruda montada. ruda montada : il existe une var. rodamontada, rodomontade.
Yô ils firont una ruda montâda.
Il avivon tenaillé et marté
Ils avévont tenalyes et martéls
Qu'étivon fay avoy du boun acier,
Qu'étévont fêts avouéc du bon aciér,


Pé arassi lou clious et lé saraillés, arassi : [þ] est rendu par s(s)
Por arrachiér los cllous et les sarralyes,
To lou verreu et tota la feraillé,
Tôs los vèrrœlys et tota la fèrralye,
Qu'y rencontrave en de pary endray, variante :
Qu'ils rencontrâv' en de pariérs endrêts, qu'on rencontrave an de pari andray,
Et qu'y boutavon pé n'étré pas surpray. qu'on boutave pé n'eitré pa surpray.
Et qu'ils betâvont por n'étre pas surprês. qui correspond à la même traduction.


D'on établio qu'il avivon forcia,
D'un ètâbllo qu'ils avévont forciê,
Et d'on petar qu'il avivon teria,
Et d'un pètârd qu'ils avévont teriê,
Y coudavon déza étre à scevau ;
Ils cudiêvont dejâ étre a chevâl ;
Y ne furon pas assé monta yau. monta yau : montés (pourvu d'une monture) aussi haut,
Ils ne furont pas assé montâs hiôt. plaisanterie sur l'expression étre à scevau(cheval).


Son Altessa dessus Peinssa étivé, Peinssa : localité sur les hauteurs qui
Son Altèssa dessus Penchat étéve, dominent Carouge au sud-est (note de
Yon d'entre leu s'encoru pé li diré Favrat). On prononçait [pþa] ou [pãþa].
Yon d'entre lœr s'encorut por lui dére
Que le petar avai fai son éfour,
Que le pètârd avêt fêt son èfôrt,
Qu'on alavé far' entra tot le grou.
Qu'on alâve fâre entrar tot le grôs.


Il avivon de lé lanterné cheurdé ;
Ils avévont de les lantèrnes sœrdes ;
Y contrefassion celé grousse grenollié,
Ils contrefassiant celes grôsses grenolyes,
Y étivé pé alla et pé vegni,
Il étéve por alar et por vegnir,
Sans que jamais nion ne lou pu décrevi.
Sen que jamés nion ne los pôt dècuvrir.


Pico vegnai avoy grande hardiessé,
Pecor vegnêt avouéc granda hardièsse,
Pé fare vi qu'il avai de l'adressé,
Por fâre vér qu'il avêt de l'adrèce,
Y volivé la pourta petarda,
Il voléve la pôrta pètardar,
Yet iqué yô y fut bein attrapa.
Il est iqué yô il fut ben atrapâ.


Y volive fare de tala sourta,
Il voléve fâre de tâla sôrta,
Qu'aré volu tot' éfondra la pourta,
Qu'arêt volu tota èfondrar la pôrta,
Et l'aré mé pé brelodé et bocon,
Et l'arêt mês per brelôdes et bocons,
Poi far alla tot drai dessu le pon.
Pués fâre alar tot drêt dessus le pont.


Lou pon-levi y lou arion bassia,
Los ponts-levis ils lor ariant bèssiê,
Arion outa tot ce qu'ar' ampassia,
Ariant ôtâ tot ce qu'arêt empachiê,
Pé far entra l'escadron de Savoi :
Por fâre entrar l'èscadron de Savouè :
Vo lou verri bein-tout en désarroi ;
Vos los vèrréd bentout en dèsarrouè ;


Car on seudar qu'aperçû tot souzicé,
Câr un sodârd qu'apèrçut tot ço-s-ice,
Tot bellaman bouta bas la coulisse,
Tot bèlament betat bâs la coulisse,
Poi va cria qui se faillai arma,
Pués vat criar qu'il sè falyêt armar,
Yô attraman no sarion to tüa.
Yô ôtrament nos serians tôs tuâs.


Y fu hassia queme de lès harbetté,
Il fut hâchiê come de les hèrbètes,
Poi enfela queme dès alüetté,
Pués enfelâ come des alouètes,
Y fu creva queme on fier crapio,
Il fut crevâ come un fier crapiôt,
Et poi saplia queme dè attrio.
Et pués chapllâ come des âteriôs.


Drai u clossi on va sena l'allarma,
Drêt u clochiér on vat sonar l'alârma,
En mémo tems on cria : É arme ! é arme !
En mémo temps on criat : Ux ârmes ! ux ârmes !
De to andrai on vi dé zan sourti,
De tot endrêt on vit des gens sortir,
Que desivon : Y fau vaincr'ù mouri !
Que desévont : Il fôt vencre ou morir !


Y alaron prontaman sur la Treillé :
Ils aléront prontament sur la Trèlye :
Yon d'entre leu s'avança pé adresse,
Yon d'entre lor s'avanciét per adrèce,
Et fit ala quéri dé mantelet, mantelet : sorte de parapet portatif et
Et fit alar querir des mantelèts, roulant dont on se servait pendant les
Pé s'en servi queme d'on parapet. sièges (Note de Favrat).
Por s'en sèrvir come d'un parapèt.


Y roulavon d'onna tala fouria,
Ils roulâvont d'una tâla furia,
Et pé bouneur il étivon enrouillia,
Et per bonhœr ils étévont enroulyês,
Y fassivon encora mei de brui
Ils fassévont oncora més de bruit
Qu'on bovairon ato cin san choüarri.
Qu'un bovèron atot cinq cents chevréls


Pé cé moyan on prai le Cour-de-garde,
Per cél moyen on prét le Côrp-de-gouârda,
Yô l'ennemi fassivé bouna garda ;
Yô l'ènemi fasséve bôna gouârda ;
Le falu bein quitta é Genevois
Les falut ben quitar ux Genevouès
U déshonneur de tota la Savoi.
U dèshonœr de tota la Savouè.


Lou Savoyar vito priron la fouita,
Los Savoyârds vito préront la fuita,
Quand y viron renversa la marmita
Quand ils viront renvèrsar la marmita
Yô il avion bouta couaire à déna,
Yô ils aviant betâ couére a denar,
Pé to celeu qu'il avion aména.
Por tôs celor qu'ils aviant amenâs.


Il alaron vito à la Tartassé,
Ils aléront vito a la Tartassé,
Yô l'ennemi criavé de gran razé :
Yô l'ènemi criâve de grands raséls :
Vive Espagne ! arri ! vive Savoi !
Vive Èspagne ! arriér ! vive Savouè !
Y'è orandrai qu'on tain lou Genevois.
'l est orendrêt qu'on tint los Genevouès.


Lou Genevois qu'avion gran corazo,
Los Genevouès qu'aviant grand corâjo,
Firon bein vi qu'il étivon dé bravo,
Féront ben vér qu'ils étévont des brâvos,
De se batré contre dé zan arma
De sè batre contre des gens armâs
Dai le manton jusqué à leu cholar.
Dês le menton jusque a lors solârs.


On entendai celi vipére Alexandro
On entendêt celi vipèra Alèxandro
Que desivé : Y ne vo fau ran crandro, crandro : le -o final est pour la
Que deséve : Il ne vos fôt ren crendre, rime, mais par la suite ce parler
Las mous enfan, dépassi de monta, a fini par confondre -o et -e en [-I].
Lâs ! mos enfants, dèpachiéd de montar,
En paradi ze vo fai to alla.
En paradis je vos fé tôs alar.


Son Altessé en granda diligencé,
Son Altèsse en granda diligence,
Onna pousta manda u ray de France,
Una pôsta mandat u rê de France,
Que Zeneva il avivé surprai,
Que Geneva il avéve surprês,
Que cela nay il y farai son liai.
Que cela nuet il y farêt son liét.


Ventre sein gri ! se dit le ray de France,
Ventre sent-gris ! sè dit le rê de France,
Que Zeneva se sai lassia prendre !
Que Geneva sè sêt lèssiê prendre !
La ! mon cousin s'y est troi azarda,
Lâs ! mon cusin s'y est trop hasardâ,
Y ne porra pa guéro la garda.
Il ne porrat pas gouéro la gouardar.


En mémo tems onna lettra arrivé,
En mémo temps una lètra arreve,
Que le couda faré creva de riré,
Que le cudiét fâre crevar de rire,
Que desivé : Lou Savoyar son pray,
Que deséve : Los Savoyârds sont prês,
Lou Genevois lou pendon orandrai.
Los Genevouès los pendont orendrêt.


La fin est donnée par G. Tuaillon (strophe 64-68) :


Soixante-cha teite is on laissa,
Souessanta-sèpt tétes ils ont lèssiês,
Que le borrio a copa et transia
Que le borriô at copâs et trenchiês,
Pai lé bouta su dou u tai ciévron,
Por les betar sur doux ou três chevrons,
Pai lé montra a celeu que veudron.
Por les montrar a celœr que vodront.


On vo dera que tota la preitaille
On vos derat que tota la prétalye,
Prè de Tonon u covan de Ripaille,
Prés de Tonon u covent de Ripalye,
Y firon lai leu conspiracion,
Ils firont lé lœr conspiracion,
Mai le Bon Di rompi leu trahison.
Màs le Bon Diô rompét lœr trayison.


Pè sous enfan il a de la tendresse :
Por sos enfants il at de la tendrèce :
A bin volu se bouta a la brèche
At ben volu sè betar a la brèche
Et ranversa lous ennemi mordan
Et renvèrsar los ènemis mordents
Que vegnivon fare lous arrogan.
Que vegnévont fâre los arrogants.


Dedian sa man il y tin la victoire,
Dediens sa man il y tint la victouère,
A lui solet au demeure la gloire !
A lui solèt *en demœre la glouère !
A to zamai son Sain Nom sai begni !
A tot jamés son Sent Nom sêt begni !
Amen, amen ! Ainsi, ainsi soit-y !
Amen, amen ! Ensé, ensé sêt-il !