Arthur Rimbaud

De Vouiquipèdia, l’enciclopèdia abada.
Alar vers : navegacion, rechèrche
B down.svg Cél articllo est ècrit en arpetan supradialèctâl / ORB lârge. Lo blâson panarpetan


Rimbaud en 1871 a 17 ans par lo fotogrâfo Etienne Carjat.

Jean Nicolas Arthur Rimbaud, dit Arthur Rimbaud, est un poèto francês, nât lo 20 octobro 1854 a Charleville et môrt d'una carcinosa gènèralisaye (u nivô du genuèl) lo 10 novembro 1891 a Marselye. Ben que côrta, la densitât de son ôvra poètica fât d'Arthur Rimbaud una de les figures premiéres de la litèratura francêsa. Arthur ècrit sos premiérs poèmos a quinze ans ; a l'ècôla il at ja una rèputacion. Lui, por qui lo poèto dêt étre voyant et qui proclâme « o fôt étre absolument modèrno », renonce subitament à l'ècritura a l'âjo de vengt ans, sen étre oncor étâ vèritablament publiê, por sè consacrar davantâjo a la lèctura, ense qu'a la porsuita de sa pratica de les lengoues.

Son ôvra serat recognua d'anâ ples târd, pou devant sa môrt, et cen est vèritâblament que dens les anâs 1890 et 1900 que lo mondo dècôvre ceti poèto sovent dècrit coment surrèalisto et impressionisto. Il est devegnu l'una de les figures mitiques de la poèsie francêsa.

Poèmo : Sensation (sensacion), 1870[changiér | changiér lo tèxto sôrsa]

Poèmo original en francês[changiér | changiér lo tèxto sôrsa]

« Par les soirs bleus d'été, j'irai dans les sentiers,
Picoté par les blés, fouler l'herbe menue,
Rêveur, j'en sentirai la fraîcheur à mes pieds,
Je laisserai le vent baigner ma tête nue.

Je ne parlerai pas, je ne penserai rien ;
Mais l'amour infini me montera dans l'âme,
Et j'irai loin, bien loin, comme un bohémien,
Par la nature, heureux comme avec une femme.
[1] »

Traduccion en arpetan[changiér | changiér lo tèxto sôrsa]

« Per los sêrs blus du chôd[2], je veré dens los vionèts
Picotâ per lo blâts, trepar l'hèrba menua.
Songiôr, j'en sientré la frêchôr a mos piéds,
Je lèsseré lo vent bagnér ma tèta nua.

Je ne parleré pâs, je ne diré ren ;
Mas, l'amôr enfegni mè monterat dens l'ârma
Et j'iré louen, bien louen, coment un bohèmien,
Per la natura, horôx coment avouéc una fèna.
 »

  1. Sensation, Cahiér de Douai.
  2. traduccion racôrcia de « chôd-temps ».